Ukraine : les zones d'ombre de l'accord de Minsk

Par

Les discussions sur la guerre en Ukraine entre Vladimir Poutine, Petro Porochenko, Angela Merkel et François Hollande ont finalement abouti jeudi 12 février au matin. Explications des modalités d'un fragile cessez-le-feu entre combattants séparatistes et armée ukrainienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela faisait une semaine que le ballet diplomatique était engagé. Jeudi 5 février, François Hollande et Angela Merkel étaient reçus à Kiev par le président ukrainien Petro Porochenko ; le lendemain, ils rencontraient Vladimir Poutine à Moscou ; puis il y a eu les échanges en marge du sommet antiterroriste de Munich ce week-end ; et enfin, l'ouverture des négociations à Minsk mercredi soir pour se mettre d'accord sur un plan de paix. Les discussions ont finalement abouti ce jeudi 12 février au matin, après une longue nuit blanche. Vladimir Poutine, Petro Porochenko, Angela Merkel et François Hollande ont signé une déclaration commune dans laquelle ils « réaffirment leur plein respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine » et se disent « fermement convaincus qu'il n'existe pas d'alternative à une solution exclusivement pacifique ».