Au sommet de l’Otan, Trump poursuit son travail de sape contre l’Europe

Par

Le sommet de l’Otan, qui s’est tenu à Bruxelles les 11 et 12 juillet, n’a pas échappé à la règle établie par le président américain pour toutes les grandes réunions internationales. Au nom des intérêts américains, Donald Trump a poursuivi son attaque contre « l’ordre ancien », en semant la discorde au sein des alliés européens, en ciblant de préférence l’Allemagne. Le doute sur la réalité de l’engagement américain en Europe est installé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il fallait bien faire bonne figure. Alors, les responsables européens ont grimacé un sourire en entendant Donald Trump tirer ses conclusions du sommet de l’Otan qui s’est tenu les 11 et 12 juillet à Bruxelles. « L’Otan est plus forte qu’il y a deux jours », a fanfaronné le président américain, avant de partir jeudi midi pour Londres, et rejoindre ensuite le président russe Vladimir Poutine à Helsinki lundi.