L’Equateur veut engager une bataille mondiale contre l’évasion fiscale

Par

Le ministre des affaires étrangères équatorien, Guillaume Long, explique à Mediapart la stratégie de son pays pour créer une organisation internationale de lutte contre l’évasion fiscale. Il dénonce un « coup d’État » contre Dilma Rousseff au Brésil, et appelle au dialogue au Venezuela.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 19 février 2017, les Équatoriens n'auront pas seulement à choisir leur nouveau président, leur vice-président et leurs députés. Si tout se déroule comme le désire le président Rafael Correa, ils devront aussi se prononcer par référendum sur l'interdiction à toute personne ayant des fonds placés dans des paradis fiscaux d'exercer des charges publiques. Les récalcitrants à rapatrier leur argent seront déchus de leur poste.