Le pape sonne le tocsin en Hongrie

Par

À Budapest pour quelques heures le 12 septembre, le pape François a tenté, par la seule force du verbe, de « désorbániser » l’Europe en délégitimant le premier ministre hongrois Viktor Orbán. L’exercice s’est avéré aussi salutaire que délicat.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La parole du pape porte. Notamment sur les migrants. Les catholiques y voient le seul flambeau qui vaille en nos temps enténébrés. Les anticléricaux ricanent face à une telle position morale, néanmoins bienvenue, en citant le proverbe médiéval : « L’homme qui se noie s’accroche à un serpent. » Les autres considèrent François comme une boussole plausible sur cette planète déboussolée.