Corruption: deux ex-premiers ministres algériens condamnés pour «l’exemple»

Par Lyas Hallas

Dans un procès anticorruption vendu comme « exemplaire » par le pouvoir, deux ex-premiers ministres proches de Bouteflika ont été condamnés, mardi 10 décembre, à de la prison ferme, pile deux jours avant la présidentielle. Les avocats de la défense, eux, dénoncent une parodie de procès.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Juste avant l’élection présidentielle du 12 décembre en Algérie, le pouvoir voulait en faire un procès historique, montrer qu’il est décidé à en finir avec la corruption des années Abdelaziz Bouteflika. Pour la première fois depuis l’indépendance en 1962, deux ex-premiers ministres proches de l’ancien président ont ainsi comparu, jusqu'au 10 décembre, dans un dossier de financement politique occulte lié au secteur automobile, au côté de 16 autres accusés. Selon le procureur, ces malversations ont coûté l’équivalent d’un milliard d’euros au Trésor public.