Sur Internet aussi, entendre les voix des femmes

Par

Dans une série d’articles consacrés à la question de la vie privée en ligne, le New York Times donne la parole à la journaliste Emily Chang, qui plaide pour un Internet plus sécurisé et à l’écoute de ce que les femmes ont à en dire. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les Italiennes y publient moins que les Italiens leurs opinions politiques, les Norvégiennes font moins de selfies que les Norvégiens… De toutes nationalités, les femmes sont plus souvent harcelées sur Internet que les hommes. Dans le New York Times, la journaliste Emily Chang défend un féminisme de la vie privée : « Les femmes savent, par exemple, ce que signifie réellement le consentement. Il ne s’agit pas de faire défiler des “conditions d’utilisation” apparemment sans fin et de cocher ensuite une case. Le consentement en ligne, comme c’est le cas pour nos corps, devrait être clair, éclairé et obligatoire pour les plateformes en ligne. »