«A l’air libre»: rencontre avec une enseignante de l’Oise, la charge mentale sous confinement, les chiffons rouges en Colombie

Au programme : rencontre avec une enseignante de Crépy-en-Valois qui n’a pas renvoyé sa fille à l’école ; discussion autour de la charge mentale des femmes qui explose sous confinement ; les chiffons rouges en Colombie qui révèlent l’ampleur de la précarité ; les rappeurs de Piège de Freestyle.   

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

À l’air libre continue en ce troisième jour de déconfinement.

Témoignage d'une enseignante et inégalités femmes hommes © Mediapart


Au menu : 

›À l’air libre dans l’Oise : rencontre avec une enseignante de Crépy-en-Valois

Valentine Oberti rencontre Sophie Abraham, enseignante en maternelle et déléguée départementale SNUipp (Oise)

›La crise vue de Colombie

 Avec Pascale Mariani, correspondante de Mediapart en Colombie, sur le mouvement des chiffons rouges raconté ici

›La minute… Piège de Freestyle

›Avec la crise, les inégalités femmes-hommes exacerbées

Rachida El Azzouzi reçoit

Camille Froidevaux-Metterie, philosophe féministe, professeure de science politique

Coline Charpentier, militante féministe, créatrice du compte instagram « T’as pensé à » sur la charge mentale

Bonne émission !

Pour nous écrire, deux adresses : 

alairlibre@mediapart.fr pour vos témoignages

covid@mediapart.fr pour vos informations et documents

Pour revoir toutes nos émissions « À l’air libre » en accès libre : rendez-vous ici.

La rédaction de Mediapart

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne