Les injections létales combattues aux Etats-Unis

Par

Les laboratoires pharmaceutiques font barrage contre les États qui veulent utiliser leurs produits pour exécuter les condamnés à morts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La guerre qui oppose laboratoires pharmaceutiques et États américains depuis plusieurs années sur la question des injections létales continue à faire rage. Le 11 juillet, l’exécution d’un condamné à mort a été reportée à une date indéterminée. Le laboratoire pharmaceutique Alvogen accuse l’État du Nevada de s’être procuré l’un de ses médicaments sédatifs (le midazolam) en vue de l’utiliser pour l’injection létale qui devait emporter la vie de Scott Dozier de façon frauduleuse.