Une historienne décrédibilise la «commission sur le rôle de la France au Rwanda» et suscite l'indignation

Par Théo Englebert

L’historienne Julie d’Andurain, membre de la « commission sur le rôle et l’engagement de la France au Rwanda », a déclenché une vaste polémique par sa vision du génocide des Tutsis. Réagissant aux critiques dont elle est l’objet, elle parle à présent de l’extermination comme d’« une séquence au sein d’un ensemble plus vaste », et estime que « tous les génocides ne se valent pas ». Sa position devient intenable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis une semaine, la colère gronde dans les couloirs des universités. Pourtant si peu étudié encore aujourd’hui, le génocide des Tutsis du Rwanda est sur toutes les lèvres dans les départements d’histoire après les prises de position de Julie d’Andurain, professeure d’histoire à l’université de Metz et très proche du ministère de la défense qui l’a employée pendant huit ans. Car Julie d’Andurain est membre de la « commission de recherches sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsis (1990-1994) », chargée de rendre un rapport d’ici à avril 2021.