International Note de veille

L'opposition iranienne refait surface

Prenant au mot leurs dirigeants, qui encourageaient les révoltes tunisienne et égyptienne, les opposants au régime iranien sont descendus dans la rue, lundi. Mais les forces de l'ordre ont traqué les manifestants toute la journée, empêchant toute possibilité de regroupement en un seul cortège.

Virginie Guennec et Audrey Vucher

14 février 2011 à 19h22

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

La manifestation iranienne de soutien aux révolutions tunisienne et égyptienne, lundi 14 janvier, a partiellement eu lieu. Organisée à l'appel de Mehdi Karoubi, ancien chef du Parlement, et de Mir Hossein, elle avait été interdite par le gouvernement la semaine dernière. Mais cette décision n'a pas arrêté le mouvement qui a encore une fois tissé sa toile notamment grâce à internet pour rassembler un maximum de personnes. Dans la nuit déjà, sur les toits de Téhéran résonnaient les appels à la mobilisation.

Au matin, les manifestants ont tenté de se rassembler, criant «mort au dictateur». Mais toute la journée, les miliciens bassidjis, réputés pour leurs violences et circulant à moto dans les rues, ont poursuivi les groupes de manifestants qui se sont dispersés dans toute la ville. Des barricades ont été dressées dans plusieurs ruelles, alors que des centaines de manifestants tentaient de descendre la rue Azadi, un large boulevard débouchant sur la place du même nom, centre traditionnel de ralliement des manifestations.

Cette manifestation constituait un test pour l'opposition, qui n'était plus descendue dans les rues depuis un rassemblement marqué par la mort de huit personnes, en décembre 2009. Mais aujourd'hui encore, le pouvoir a dispersé la foule et cassé le mouvement. 250 personnes auraient été arrêtées et une personne serait morte dans des affrontements avec la police.

18h00. IRAN Une correspondante de la BBC décrit la situation dans la ville de Téhéran comme «totalement chaotique». Selon elle, des afffrontements très graves ont eu lieu dans l'après-midi et de nombreuses personnes ont été arrêtées.

17h30. IRAN Il y aurait des rassemblements dans les villes iraniennes de Shiraz, Rasht Mashad et Esfehan, selon Euronews.

17h10. IRAN Voir une carte interactive des diverses manifestations dans Téhéran avec des vidéos : ici

17h00. IRAN D'après l'agence des militants des droits de l'homme (HRANA), un manifestant aurait été tué et deux autres blessés. 250 autres manifestants seraient détenus par les forces de sécurité.

Il règne une grande confusion à Téhéran. Les manifestants semblent défiler par petits groupes dans les ruelles de la ville alors que des miliciens bassidjis cherchent à les stopper :

© Freedom Messenger
© Mehdi Saharkhiz

16h50. MONDE ARABE Tour d'horizon des différentes manifestations organisées aujourd'hui. Voir la carte interactive de RFI.

BAHREÏN - Des activistes ont lancé un appel sur Facebook pour réclamer des réformes politiques et sociales. Le lieu de rendez-vous était place de la Mosquée. Mais les forces de sécurité du royaume de Bahreïn ont tiré lundi des grenades lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser des milliers de manifestants hostiles au gouvernement.

La semaine dernière, le roi Hamad ben Issa al-Khalifa a multiplié les gestes d’apaisement en promettant de remettre des primes de 1000 dinars (environ 2000 euros, NDLR) à toutes les familles du royaume et en promettant une plus grande liberté de la presse.

© @maryamalkhawaja
© @maryamalkhawaja

YÉMEN - Malgré des affrontements, dimanche, entre les forces de l'ordre et des manifestants anti-gouvernementaux qui réclamaient le départ du président Saleh au pouvoir depuis 32 ans, l'opposition a accepté d'entamer des pourparlers avec le pouvoir. Deux petits rassemblements – anti et pro-gouvernement – étaient toutefois prévus ce lundi. Ils étaient une cinquantaine de personnes à l'université de Sanaa, mais les policiers bloquaient l'entrée empêchant les militants de défiler.

IRAK - De jeunes Irakiens ont décidé d'organiser une manifestation «pacifique et romantique» à l'occasion de la Saint-Valentin pour demander aux dirigeants d'aimer leur pays plutôt que de le piller, a affirmé à l'AFP un des organisateurs.

16h40. IRAN Le président turc Abdullah Gül, en visite actuellement en Iran pour resserrer les liens économiques entre les deux pays, a appelé les pays de la région à «écouter leur peuple», selon Euronews.

16h35. IRAN Le site de CNN rapporte que des heurts ont eu lieu entre les manifestants et les forces de sécurité, habillés en uniforme ou en civil, sur la place d'Imam Hossein, mais aussi à l'université de Téhéran.

16h30. IRAN D'après le centre des droits de l'homme d'Iran (Rahana), dix manifestants ont été arrêtés.

16h25. IRAN De nombreux affrontements ont lieu dans les rues de Téhéran. D'après des témoins sur place, des hélicoptères effectuent des rondes dans le ciel de la capitale et des motards circulent dans les avenues principales. Le site d'opposition Jaras fait état de heurts entre les forces de l'ordre et les manifestants qui souhaitaient rejoindre le cortège rue Amir Abad.

© @madyar
© 

16h00. IRAN D'après un tweet, des étudiants manifestant près de l'université Sharif ont été arrêtés :

© 

15h40. IRAN Un enregistrement radio de la police, décrivant «5.000 à 6.000 allant de Vali Asr à Enghelab ...» :

© 

15h30. IRAN Devant l'Université Sharif, à Téhéran:

© UNITY4IRAN

15h10. IRAN D'après la radio perse, des hommes en moto tentent d'attaquer les manifestants qui ripostent en jetant des pierres. Par ailleurs, il y aurait «du feu» dans les rues.

© 

15h00. IRAN D'après le Washington Post, des milliers de manifestants se sont rassemblés pour protester contre le gouvernement en scandant «Mort au dictateur!», «Nous sommes tous ensemble», et «A bas les talibans, au Caire et à Téhéran». Le journal considère cette manifestation comme étant la plus importante depuis le mouvement massif réprimé par les forces de sécurité en 2009. Des témoins ont rapporté que les policiers utilisaient des bâtons pour disperser les manifestants. Mais dans l'après-midi alors que les manifestants étaient de plus en plus nombreux, la police semblait se retirer. Quelques manifestants portaient des rubans verts, couleur de l'opposition.

14h45. IRAN Plusieurs blogueurs racontent les violences lors des manifestations. Selon ce témoin, il y aurait eu des coups de feu près de l'Université de Téhéran :

© 

14h30. IRAN Selon la chaîne Al-Arabiya, des heurts auraient éclaté entre les forces de l'ordre en civil et les manifestants en cinq points de la capitale.
D'autre part, la chaîne arabe affirme que l'opposant Mir Hossein Moussavi et sa femme Zahra Rahnavard ont finalement réussi à rejoindre les manifestants, malgré l'assignation à domicile dont ils faisaient l'objet ce matin.

© 
© 
© 

14h05. IRAN D'après cette vidéo, des miliciens bassidjis se rendraient en direction du centre de Téhéran. Ces miliciens ont été tenus pour responsables de la violente répression lors des dernières manifestations post-électorales.

© Freedom Messenger

14h00. IRAN Carrefour Kalej, les forces de sécurité tenteraient de disperser les manifestants de manière non violente.

13h30. IRAN Selon le Wall Sreet Journal, environ 4000 personnes se sont rassemblées sur la place Azadi, dans le centre de Téhéran. Des dizaines de policiers à moto font le tour de la place. Quelques milliers de manifestants se sont également rendus avenue Imam Hussein, où ils se sont assis sur le sol, et dont ils sortent en chantant. La police essaye de les disperser.

13h10. IRAN Le site internet de la Chambre des droits de l'homme d'Iran rapporte que Ali Bagheri, un membre du Conseil central de l'Organisation des Moudjahidine de la révolution islamique, a été arrêté.

12h40. IRAN Selon Reuters, il y aurait des «dizaines de forces de police et de sécurités sur l'avenue Vali Asr (la plus grande avenue de Téhéran). Ils ont bloqué les entrées des stations de métro».

12h20. IRAN Les manifestants seraient en train de scander «Mort au dictateur», place Sadeghieh.

© 

11H00. IRAN La télévision d'Etat serait piratée depuis ce matin par des activistes.

10H30. Etats-Unis Sur le nouveau compte twitter en persan du département d'Etat américain Usadarfarsi, on peut lire : «En annonçant qu'il n'autoriserait pas ses opposants à manifester, le gouvernement iranien prouve qu'il considère illégales et illégitimes pour son peuple les activités qu'il a pourtant saluées de la part des Egyptiens.»


10h00. IRAN La mobilisation s'organise sur internet. Plusieurs pages Facebook ont été créées pour l'occasion :

The virtual - ONLINE- «March of Millions» in solidarity with Iranian Protesters.

25 Brahman - Cette autre page Facebook connaît une grande affluence avec près de 56.900 membres.


Comprenant l'intérêt des réseaux sociaux, les Etats-Unis ont ouvert, dimanche, un compte Twitter en persan pour s'adresser aux utilisateurs de ce réseau social sur Internet en Iran. «Le département d'Etat américain reconnaît le rôle historique des médias sociaux auprès des Iraniens dans le monde aujourd'hui. Nous voulons nous joindre à vos conversations», peut-on lire dans l'un des tout premiers messages publiés dimanche soir sur le compte @USAdarFarsi.



09h30. TEHERAN La police anti-émeute s'est déployée à Téhéran en vue de la manifestation prévue à 15 heures heure locale aujourd'hui, selon le site internet d'opposition Greenvoice.com.

© 

09h25. TEHERAN la police bloque l'accès au domicile de l'opposant Moussavi (AFP). Selon le site internet du leader, ses lignes téléphoniques ont aussi été coupées. «Plusieurs voitures de police sont garées dans la rue et il est impossible de circuler», ajoute Kaleme.com.



09h00. IRAN Une femme a manifesté du haut d'une grue en centre-ville de Téhéran.

© MrPeopleNews



Au petit matin, les traditionnels cris de ralliement de l'opposition (« Mort au dictateur », « Allah Akbar ») ont pu être entendus sur les toits de Téhéran.

© IranStudentsCommitte
© hambastegimeli

Virginie Guennec et Audrey Vucher


15 commentaires

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Justine Brabant
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne