France, Etats-Unis et Royaume-Uni frappent la Syrie

Par

Une série de frappes ciblées a été menée dans la nuit de vendredi à samedi en Syrie. Étaient visés des sites militaires dans les environs de Homs et le principal centre de recherche du programme chimique du régime de Bachar al-Assad, à Damas.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Annoncées, puis se faisant attendre, elles ont finalement eu lieu. Les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne ont procédé dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril à des frappes contre la Syrie, en représailles à l’attaque chimique présumée menée une semaine plus tôt à Douma, ville de la Ghouta orientale. « Les faits et la responsabilité du régime syrien ne font aucun doute », a assuré Emmanuel Macron dans un communiqué publié dans la nuit. Le président de la République confirme là la participation de la France dans cette réponse guerrière au massacre perpétré. Les frappes ont été « circonscrite(s) » et dirigées « contre l’arsenal chimique clandestin du régime syrien », a précisé Emmanuel Macron. « Nous ne pouvons pas tolérer la banalisation de l’emploi d’armes chimiques, qui est un danger immédiat pour le peuple syrien et pour notre sécurité collective », s’est-il justifié.