Matthieu Suc

Faits-diversier spécialisé autrefois dans la couverture du grand-banditisme, je me concentre par la force des choses, désormais, sur les affaires de terrorisme. Parfois, les deux matières se rejoignent.

Auteur d'Antonio Ferrara, le roi de la belle (avec Brendan Kemmet, au cherche-midi), de La face cachée de Franck Ribéry (avec Gilles Verdez, aux éditions du Moment), de Moi, Iranien, espion de la CIA et du Mossad (avec Djahanshah Bakhtiar, aux éditions du Moment), de Renault, nid d'espions (éditions du Moment), de Femmes de djihadistes (Fayard), de Les espions de la terreur (HarperCollins).

Consulter ici et ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Djihad en prison: comment des détenus communiquent avec des terroristes

    Par
    Foued Mohamed-Aggad (à gauche) et Ismaël Omar Mostefaï (à droite) encadrent un djihadiste cannois. Cette photo a circulé dans des prisons en France, moins de trois mois avant la tuerie du Bataclan. © DR Foued Mohamed-Aggad (à gauche) et Ismaël Omar Mostefaï (à droite) encadrent un djihadiste cannois. Cette photo a circulé dans des prisons en France, moins de trois mois avant la tuerie du Bataclan. © DR

    Mediapart retrace les événements qui ont amené des surveillants à se demander si, la veille du 13-Novembre, des détenus n’étaient pas au courant de l’attentat sur le point de survenir. Deux d’entre eux, depuis leur cellule, communiquaient depuis plusieurs mois avec l’un des futurs tueurs du Bataclan. Premier volet d’une série d’articles consacrée aux djihadistes en détention.

  • Extrême droite: des paroles et des actes

    Par et
    Le procureur de Bayonne. Le procureur de Bayonne.

    En garde à vue, Claude Sinké, ex-candidat du FN et assaillant de la mosquée de Bayonne, a expliqué mardi qu’il voulait « venger la destruction de la cathédrale de Paris » qu’il attribue à des musulmansLe Rassemblement national tente de prendre ses distances, mais l’avait investi en 2015 malgré des propos haineux tenus auparavant sur Facebook.

  • Les services secrets britanniques ne veulent pas du Brexit

    Par
    Graffiti sur un mur devant une cabine téléphonique, près du siège du service de renseignement électronique, le GCHQ, à Cheltenham, dans l'ouest de l’Angleterre, le 16 avril 2014. Une œuvre de l’artiste de rue Banksy illustrant les révélations d'Edward Snowden qui a déclaré que le GCHQ avait exploité des câbles à fibres optiques transportant le trafic téléphonique international et internet pour détourner de grandes quantités de données personnelles. © Reuters/Eddie Keogh Graffiti sur un mur devant une cabine téléphonique, près du siège du service de renseignement électronique, le GCHQ, à Cheltenham, dans l'ouest de l’Angleterre, le 16 avril 2014. Une œuvre de l’artiste de rue Banksy illustrant les révélations d'Edward Snowden qui a déclaré que le GCHQ avait exploité des câbles à fibres optiques transportant le trafic téléphonique international et internet pour détourner de grandes quantités de données personnelles. © Reuters/Eddie Keogh

    Des deux côtés de la Manche, les espions s’activent afin que le Brexit ait le moins de conséquence possible sur les coopérations mises en place, notamment en matière de lutte antiterroriste. Si l’effet devrait être limité en matière d’échanges bilatéraux, cela s’annonce plus compliqué au niveau européen.

  • L’ultra-droite européenne recrute parmi les forces de l’ordre

    Par et
    Des fleurs et des bougies devant la synagogue de Halle, le 10 octobre. © Reuters Des fleurs et des bougies devant la synagogue de Halle, le 10 octobre. © Reuters

    Au moment où la volonté de passage à l’acte par des militants d’extrême droite trouve une nouvelle et tragique illustration avec l’attaque contre une synagogue et un restaurant turc à Halle (Allemagne), un rapport confidentiel d’Europol révèle que l’ultra-droite européenne s’arme et est en train de recruter dans les rangs des militaires et des policiers.

  • Tuerie à la préfecture de police: le service de renseignement sur la sellette

    Par

    Cinq jours après la tuerie commise en son sein, la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) se retrouve au cœur de la polémique. Que savait-elle du tueur ? Comme Mediapart l’avait révélé, la DRPP avait déjà tenté de cacher sa responsabilité dans l’attentat qui avait coûté la vie au père Hamel à Saint-Étienne-du-Rouvray.

  • Tuerie à la préfecture de police de Paris: la piste terroriste se confirme

    Jean-François Ricard, procureur national antiterroriste, lors de sa conférence de presse du samedi 5 octobre. Jean-François Ricard, procureur national antiterroriste, lors de sa conférence de presse du samedi 5 octobre.

    Le procureur antiterroriste Jean-François Ricard a révélé les premiers éléments de l’enquête sur la tuerie de la préfecture de police de Paris. La préméditation des faits, les SMS échangés entre le tueur et son épouse et le mode opératoire convergent vers un acte terroriste.

  • Tuerie à la préfecture de police de Paris: une grande émotion et beaucoup d’interrogations

    Par
    Aux abords de la préfecture de police de Paris, le 3 octobre. © Reuters Aux abords de la préfecture de police de Paris, le 3 octobre. © Reuters

    Après la tuerie de la préfecture de police qui a vu un agent administratif tuer jeudi des policiers, l’incertitude règne. Vendredi, le parquet national antiterroriste (PNAT) s’est saisi de l’enquête. Sous le sceau de l'anonymat, policiers et magistrats avouent être bien en peine de déterminer s’il s’agit d’un crime de droit commun ou d’un attentat.

  • Cinq morts dans une attaque au couteau à la préfecture de Paris

    Par
    Des policiers sécurisent les abords de la préfecture de police, après la tuerie. © Reuters/Philippe Wojazer Des policiers sécurisent les abords de la préfecture de police, après la tuerie. © Reuters/Philippe Wojazer

    Un agent administratif a agressé jeudi à l’arme blanche des policiers à la préfecture de police de Paris, tuant quatre d’entre eux avant d’être abattu. La piste terroriste n’est pour l’heure pas retenue « mais la situation est en cours d’évaluation avec le parquet national antiterroriste », précise une source judiciaire.

  • «On ne peut pas courir après les voyous à 60 ans!»

    Par

    Plusieurs milliers de policiers ont manifesté mercredi à Paris pour réclamer le maintien de leur régime de retraite anticipé, l’amélioration de leurs conditions de travail, et clamer leur mal-être face à une « haine du flic ».

  • Mort de Steve: Christophe Castaner mute un policier

    Par

    Tout en assurant de son soutien les forces de l’ordre « mises en cause trop systématiquement », le ministre de l’intérieur mute le commissaire « en charge des opérations » la nuit de la mort de Steve Maïa Caniço. Le policier « a manqué de discernement », selon le résumé fait par Christophe Castaner d’un rapport de l’Inspection générale de l’administration.