Matthieu Suc

Faits-diversier spécialisé autrefois dans la couverture du grand-banditisme, je me concentre par la force des choses, désormais, sur les affaires de terrorisme. Parfois, les deux matières se rejoignent.

Auteur d'Antonio Ferrara, le roi de la belle (avec Brendan Kemmet, au cherche-midi), de La face cachée de Franck Ribéry (avec Gilles Verdez, aux éditions du Moment), de Moi, Iranien, espion de la CIA et du Mossad (avec Djahanshah Bakhtiar, aux éditions du Moment), de Renault, nid d'espions (éditions du Moment), de Femmes de djihadistes (Fayard), de Les espions de la terreur (HarperCollins).

Consulter ici et ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Carlos Ghosn, le PDG qui aimait trop les barbouzes

    Par
    Carlos Ghosn, le 8 janvier 2020, à Beyrouth, au Liban, où il s'est réfugié après sa fuite du Japon. © Joseph Eid/AFP Carlos Ghosn, le 8 janvier 2020, à Beyrouth, au Liban, où il s'est réfugié après sa fuite du Japon. © Joseph Eid/AFP

    Depuis 20 ans, Carlos Ghosn embauche des anciens des services secrets et ordonne des actions clandestines. En décembre, il s’agissait de se soustraire à la justice d’un État de droit, le Japon. Du temps où il exerçait comme PDG de deux multinationales, c’était pour espionner ses salariés, mais aussi des actionnaires et des membres de son conseil d’administration.

  • Rapatriement des djihadistes: cafouillages en cascade au sommet de l’Etat

    Par
    Des djihadistes, à l'époque du califat, se déplaçant en bateau. © DR Des djihadistes, à l'époque du califat, se déplaçant en bateau. © DR

    La garde des Sceaux Nicole Belloubet a évoqué samedi le rapatriement des djihadistes en France, avant que « son entourage » ne démente quelques heures plus tard. Ces revirements témoignent de la discorde qui règne en haut lieu depuis qu’Emmanuel Macron a refusé de rapatrier les familles de djihadistes français.

  • Carlos Ghosn, roi de la com’ et des contrevérités

    Par
    Carlos Ghosn, le 1er octobre 2018. © Reuters Carlos Ghosn, le 1er octobre 2018. © Reuters

    Une semaine après sa rocambolesque évasion qui l’a conduit à quitter le Japon pour se réfugier au Liban, Carlos Ghosn doit s’exprimer ce mercredi lors d’une conférence de presse pour laquelle il aura choisi lui-même les journalistes. Depuis quinze ans, le magnat de l’automobile témoigne dans ses prises de parole publiques d’un rapport distant avec la vérité.

  • «Attentat», «terrorisme»: des notions à géométrie variable

    Par
    La police sécurise les lieux après l'attaque au couteau survenue à Villejuif. © REUTERS/Charles Platiau La police sécurise les lieux après l'attaque au couteau survenue à Villejuif. © REUTERS/Charles Platiau

    Malgré les troubles psychiatriques de son auteur, le Parquet national antiterroriste s’est saisi de l’attaque mortelle de Villejuif. En octobre, il l’avait aussi fait pour la tuerie à la préfecture de police de Paris. Mais pas pour l’attentat contre la mosquée de Bayonne. Comment expliquer ces différences de traitement ?

  • Carlos Ghosn part en cavale et dénonce une cabale

    Par
    Carlos Ghosn, le 6 octobre 2017 © Reuters Carlos Ghosn, le 6 octobre 2017 © Reuters

    Jusque-là assigné à résidence à Tokyo où il est sous le coup de quatre inculpations pour malversations financières, l’ancien PDG de Renault-Nissan a rejoint le Liban. Carlos Ghosn justifie sa fuite par sa volonté de ne plus être « l’otage d'un système judiciaire japonais partial où prévaut la présomption de culpabilité ». Depuis le début de l’affaire, il invoque un complot, ce qui lui évite de se confronter à la réalité des faits.

  • Pourquoi les magistrats sont sceptiques face au plan stups de Castaner

    Par
    Opération de destruction de la drogue saisie dans l’affaire dite du boulevard Exelmans à l'origine des déboires de l’OCRTIS. © DR Opération de destruction de la drogue saisie dans l’affaire dite du boulevard Exelmans à l'origine des déboires de l’OCRTIS. © DR

    Alors que l’Office anti-stupéfiants est créé ce 1er janvier 2020 pour remplacer l’OCRTIS, les magistrats se méfient toujours d’une institution qui, selon eux, a continué à avoir « une gestion problématique des informateurs » malgré la mise en examen de certains de ses policiers. La police fait, elle, valoir des relations désormais apaisées avec la justice. 

  • Comment les mentors du califat font la loi en prison

    Par
    Photo prise par un surveillant d'une prière collective dans la cour de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, le 30 août 2011. © DR Photo prise par un surveillant d'une prière collective dans la cour de la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, le 30 août 2011. © DR

    Un émir par bâtiment, des entraînements paramilitaires en cours de promenade : le califat a été reconstitué à l’intérieur des enceintes pénitentiaires. Mediapart raconte comment les djihadistes et leurs recrues, piochées parmi les détenus de droit commun, font la loi en prison.

  • Vingt terroristes devront être jugés, selon le parquet antiterroriste, pour les attentats du 13-Novembre

    Par
    De gauche à droite, première ligne : Abou Walid al-Souri, Boubakeur el-Hakim, Abou Lôqman. Seconde ligne : Abou Mohamed al-Adnani, Oussama Atar et Abou Mahmoud al-Chami. © DR De gauche à droite, première ligne : Abou Walid al-Souri, Boubakeur el-Hakim, Abou Lôqman. Seconde ligne : Abou Mohamed al-Adnani, Oussama Atar et Abou Mahmoud al-Chami. © DR

    Alors que le parquet national antiterroriste vient d’annoncer qu’il requiert le renvoi de vingt terroristes dans le dossier des attentats du 13-Novembre, retour sur les sept hauts cadres de l’État islamique qui étaient impliqués dans les tueries de Paris et qui, eux ne seront jamais jugés. Durant deux ans, les services secrets français et les forces de la coalition les ont traqués et tués, un par un, en Syrie.

  • N’Golo Kanté: le magot, les menaces et le «calibre»

    Par et
    N’Golo Kanté après la victoire des Bleus contre l'Uruguay en quarts de finale du Mondial 2018 en Russie. © Reuters N’Golo Kanté après la victoire des Bleus contre l'Uruguay en quarts de finale du Mondial 2018 en Russie. © Reuters

    Dans un enregistrement obtenu par Mediapart, un conseiller de N'Golo Kanté reconnaît avoir fait pression en 2017 sur la star des Bleus en compagnie de son frère qui avait « peut-être une arme ». En cause : un litige avec l’agent officiel du joueur sur le partage des commissions de son transfert à Chelsea. Enquête sur une figure adorée du foot français, qui fait l'objet d’une impitoyable lutte d’entourage, entre gros sous et montages offshore à Jersey.

  • Manifestation «historique» contre les violences sexuelles

    Par et
     © Mediapart / Matthieu Suc © Mediapart / Matthieu Suc

    Ce samedi, au moins 49 000 personnes ont défilé à Paris et plusieurs milliers dans le reste de la France, selon le cabinet indépendant Occurrence, pour dire « stop » aux violences sexistes et sexuelles et aux féminicides. Le collectif #NousToutes, à l’initiative de cette manifestation, salue « la plus grande marche de l’histoire de France contre les violences » sexistes.