Matthieu Suc

Faits-diversier spécialisé autrefois dans la couverture du grand-banditisme, je me concentre par la force des choses, désormais, sur les affaires de terrorisme. Parfois, les deux matières se rejoignent.

Auteur d'Antonio Ferrara, le roi de la belle (avec Brendan Kemmet, au cherche-midi), de La face cachée de Franck Ribéry (avec Gilles Verdez, aux éditions du Moment), de Moi, Iranien, espion de la CIA et du Mossad (avec Djahanshah Bakhtiar, aux éditions du Moment), de Renault, nid d'espions (éditions du Moment), de Femmes de djihadistes (Fayard).

Consulter ici et ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Les Merah, une famille au cœur des ténèbres

    Par
    Zoulikha Aziri, la mère des Merah, le premier jour du procès des attentats de Toulouse et Montauban © REUTERS/Philippe Wojazer Zoulikha Aziri, la mère des Merah, le premier jour du procès des attentats de Toulouse et Montauban © REUTERS/Philippe Wojazer

    Devant la cour d’assises de Paris, les membres de la famille Merah ont décrit un quotidien de haine, de violence et de trahison, le tout sur fond d’islam radical. Ce contexte familial hautement dysfonctionnel a constitué le premier terreau du futur tueur au scooter, Mohamed Merah, et de son frère, Abdelkader, accusé d’être complice de ses assassinats.

  • Procès Merah: les déficiences du «FBI à la française»

    Par
    Bernard Squarcini, ancien patron de la DCRI © Reuters Bernard Squarcini, ancien patron de la DCRI © Reuters

    Entendu comme témoin par le tribunal de Paris, Bernard Squarcini, l’ancien patron de la DCRI, s’est dédouané de tout raté dans l’enquête Merah. Des propos en complète contradiction avec ceux de ses subordonnés. Au-delà des petits arrangements avec la vérité d’un réputé « grand flic », ces auditions révèlent en creux les problèmes structurels du service de contre-espionnage français.

  • Procès Merah: «Je l’ai vu les achever comme des chiens»

    Par

    Au huitième jour d'audience du procès Merah, les polémiques à répétition ont laissé place au récit cruel des faits. Quatre survivants ont raconté mercredi le massacre de l'école Ozar Hatorah, qui a causé la mort de trois enfants de moins de dix ans et d'un parent. Des témoignages aussi durs que bouleversants.

  • La lutte antiterroriste, principale accusée du procès Merah

    Par
    Mohamed Merah © DR Mohamed Merah © DR

    En 2012, les attentats de Toulouse et Montauban annonçaient la vague d’attaques dont l’Europe est depuis la cible. À défaut de pouvoir juger Mohamed Merah, abattu par le RAID, le procès qui démarre ce lundi menace de devenir celui de la lutte antiterroriste. Il ne faudrait pas que cela exonère les politiques de leurs responsabilités.

  • Services secrets de l'EI: la cinquième colonne du djihad

    Par
    Huit des cerveaux qui ont planifié la vague d'attentats ayant frappé l'Europe. De gauche à droite et de haut en bas: Oussama Atar, Boubakeur el-Hakim, Salim Benghalem, Samir Nouad, Abdelnacer Benyoucef, Abdelhamid Abaaoud, Najim Laachraoui et Ahmad Alkhald. © DR Huit des cerveaux qui ont planifié la vague d'attentats ayant frappé l'Europe. De gauche à droite et de haut en bas: Oussama Atar, Boubakeur el-Hakim, Salim Benghalem, Samir Nouad, Abdelnacer Benyoucef, Abdelhamid Abaaoud, Najim Laachraoui et Ahmad Alkhald. © DR

    Faux attentats pour masquer les vrais, tentatives d'infiltrations de la fonction publique, les vétérans du djihad qui planifient les attaques en Europe intoxiquent les services de renseignement occidentaux. Aveuglés, ces derniers éprouvent les pires difficultés à estimer la réalité de l'effectif terroriste qui nous menace. Dernier volet de notre enquête sur les « Espions de la terreur ».

  • Le bureau des légendes djihadistes

    Par
    Mohamed Abrini jouant au touriste durant son séjour anglais. © DR Mohamed Abrini jouant au touriste durant son séjour anglais. © DR

    Dans ce troisième volet des « Espions de la terreur », Mediapart décrit les rouages de la CIA des djihadistes. Boîtes aux lettres mortes, postiches, contre-filoches et couvertures en béton, les clandestins de l'État islamique déploient la même panoplie que les agents qui œuvraient durant la guerre froide. Seule différence : le renseignement qu'ils récoltent est utilisé à des fins terroristes.

  • Quand l’Etat islamique recherche la taupe d’Alep

    Par
    Portrait cagoulé du sniper français qui faisait office de garde du corps d'Abou Obeida © DR Portrait cagoulé du sniper français qui faisait office de garde du corps d'Abou Obeida © DR

    Agents provocateurs en Syrie et enquêtes de moralité en Europe : les services secrets de l’État islamique ont recours, comme le révèle le deuxième volet de notre série, aux vieilles recettes du contre-espionnage pour déjouer les tentatives d’infiltration des services occidentaux. Un luxe de précautions qui ne met pas l’organisation à l’abri d’un agent double.

  • Un véhicule fonce sur deux arrêts de bus à Marseille, un mort

    Par et
    Un homme de 35 ans a foncé lundi matin au volant d'une fourgonnette volée sur deux arrêts d'autobus de Marseille et fait un mort et un blessé avant d'être interpellé mais la thèse psychiatrique est privilégiée.
  • Révélations sur les services secrets de l’Etat islamique

    Par
    Cours délivré à des djihadistes de l'État islamique © DR Cours délivré à des djihadistes de l'État islamique © DR

    L’État islamique a structuré en son sein des services secrets à l’image de ceux des pays qu’il attaque. Une enquête en plusieurs volets de Mediapart montre les méthodes de contre-espionnage utilisées par les djihadistes. Elles n’ont rien à envier aux pratiques de la guerre froide et expliquent aussi comment les attentats qui ensanglantent l’Europe ont été rendus possibles.

  • Attentat à Barcelone: le conducteur de la fourgonnette a été abattu

    Par et
    Le premier ministre Mariano Rajoy et le roi d'Espagne Felipe VI (au premier plan), lors de la minute de silence, le 18 août © Reuters Le premier ministre Mariano Rajoy et le roi d'Espagne Felipe VI (au premier plan), lors de la minute de silence, le 18 août © Reuters

    Une fourgonnette a percuté la foule, à Barcelone, jeudi 17 août, au moins 14 morts et une centaine de blessés. L’attentat a été revendiqué par le groupe État islamique. Quelques heures plus tard, un deuxième véhicule a foncé sur la foule dans la cité balnéaire de Cambrils, faisant un mort et plusieurs blessés. Le point sur l’enquête.