Matthieu Suc

Faits-diversier spécialisé autrefois dans la couverture du grand-banditisme, je me concentre par la force des choses, désormais, sur les affaires de terrorisme. Parfois, les deux matières se rejoignent.

Auteur d'Antonio Ferrara, le roi de la belle (avec Brendan Kemmet, au cherche-midi), de La face cachée de Franck Ribéry (avec Gilles Verdez, aux éditions du Moment), de Moi, Iranien, espion de la CIA et du Mossad (avec Djahanshah Bakhtiar, aux éditions du Moment), de Renault, nid d'espions (éditions du Moment), de Femmes de djihadistes (Fayard).

Consulter ici et ma déclaration d'intérêts

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Saint-Etienne-du-Rouvray: les vacances tragiques des services de renseignement

    Par
    Le profil de l'administrateur de la chaîne Telegram, derrière lequel se cache Adel Kermiche. © DR Le profil de l'administrateur de la chaîne Telegram, derrière lequel se cache Adel Kermiche. © DR

    Le scandale de Saint-Étienne-du-Rouvray, révélé par Mediapart, s’amplifie. Le Canard enchaîné révèle que ce n’est pas un, mais trois services de renseignement qui surveillaient l’un des futurs assassins du père Jacques Hamel. 

  • La ZAD se cherche un avenir

    Le dôme construit pendant la consultation de juin 2016, et au second plan le marché libre qui se tient deux fois par semaine. © Yann Levy / Hans Lucas Le dôme construit pendant la consultation de juin 2016, et au second plan le marché libre qui se tient deux fois par semaine. © Yann Levy / Hans Lucas

    La construction de l’aéroport écartée, la question de l’avenir de la ZAD est sur toutes les lèvres. À brève échéance, le mouvement d’occupation fait preuve de bonne volonté en libérant la route RD281, dite « route des chicanes ». À plus long terme, les discussions avec l’État ont d’ores et déjà commencé, avec pour objectif de trouver une solution pérenne pour tous les occupants d’ici au 31 mars.

  • Saint-Etienne-du-Rouvray: une enquête ouverte après les révélations de Mediapart

    Par
     © Document Mediapart © Document Mediapart

    Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, après la publication de notre enquête racontant comment la direction du renseignement parisien a cherché à étouffer un raté après l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray, au cours duquel deux terroristes ont assassiné le père Jacques Hamel. « Cet attentat aurait-il pu être évité ? », s’interroge l’archevêque de Rouen.  

  • Comment les renseignements ont étouffé leur raté après l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray

    Par
     © Document Mediapart © Document Mediapart

    La direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) de Paris a eu connaissance des messages d’un des tueurs du père Hamel une semaine avant l’assassinat du religieux. Le terroriste y évoquait une attaque dans une église, mentionnait Saint-Étienne-du-Rouvray… Une fois le prêtre assassiné, la DRPP a alors postdaté deux documents afin de masquer sa passivité. Révélations sur les pratiques du service de renseignement parisien.

  • «Maintenant, le policier sert de punching-ball»

    Par

    Deux policiers ont été blessés le 31 décembre à Champigny-sur-Marne, et un autre le 1er janvier à Aulnay-sous-Bois. La vidéo d'une gardienne de la paix rouée de coups a suscité un grand émoi sur les réseaux sociaux comme dans la classe politique. Si ces agressions suscitent une surenchère des syndicalistes, certains fonctionnaires de police l'accueillent avec fatalisme.

  • Lafarge et le terrorisme: l’Assemblée nationale a fermé les yeux

    Par et
    Le député Jean-Frédéric Poisson, le 29 novembre 2016, à l'Assemblée nationale. © Benoit Tessier/Reuters Le député Jean-Frédéric Poisson, le 29 novembre 2016, à l'Assemblée nationale. © Benoit Tessier/Reuters

    Le 20 juillet 2016, l’Assemblée nationale, par l’intermédiaire d'une mission d’information présidée par le député Jean-Frédéric Poisson, blanchissait le groupe Lafarge de toute compromission avec des organisations terroristes. Enquête sur un naufrage parlementaire.

  • Les 7 millionnaires du gouvernement et... les véhicules polluants de M. Hulot

    Par
    Nicolas Hulot sortant d'une voiture en mai 2017 © Reuters/Benoît Tessier Nicolas Hulot sortant d'une voiture en mai 2017 © Reuters/Benoît Tessier

    La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique vient de publier les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. On dénombre plusieurs millionnaires issus de la société civile. Plus inattendus, les véhicules du ministre de la transition écologique Nicolas Hulot font mauvais genre.

  • Abdelkader Merah condamné à 20 ans de prison

    Abdelkader Merah a été condamné jeudi à 20 ans de prison par une cour d’assises spéciale. Celle-ci a retenu l’association de malfaiteurs terroriste criminelle, mais pas la complicité d’assassinats, qui aurait pu lui valoir la perpétuité.

  • Procès Merah: l’avocat qui en faisait trop

    Par
    Éric Dupond-Moretti et ses deux collaborateurs, Antoine Vey (tête baissée) et Archibald Celeyron, le premier jour du procès Merah. © REUTERS/Philippe Wojazer Éric Dupond-Moretti et ses deux collaborateurs, Antoine Vey (tête baissée) et Archibald Celeyron, le premier jour du procès Merah. © REUTERS/Philippe Wojazer

    Me Dupond-Moretti a plaidé l’acquittement d'Abdelkader Merah. Pour le meilleur et pour le pire, le ténor du barreau a été l'un des personnages principaux du procès des tueries de Toulouse et Montauban. Au-delà de sa personnalité, son comportement pose une question : peut-on encore juger un homme accusé de terrorisme ?

  • Les Merah, une famille au cœur des ténèbres

    Par
    Zoulikha Aziri, la mère des Merah, le premier jour du procès des attentats de Toulouse et Montauban © REUTERS/Philippe Wojazer Zoulikha Aziri, la mère des Merah, le premier jour du procès des attentats de Toulouse et Montauban © REUTERS/Philippe Wojazer

    Devant la cour d’assises de Paris, les membres de la famille Merah ont décrit un quotidien de haine, de violence et de trahison, le tout sur fond d’islam radical. Ce contexte familial hautement dysfonctionnel a constitué le premier terreau du futur tueur au scooter, Mohamed Merah, et de son frère, Abdelkader, accusé d’être complice de ses assassinats.