L’assassinat du maire de Gdansk provoque l’indignation dans une Pologne au climat délétère

Par

Paweł Adamowicz était l’antithèse de la majorité qui gouverne le pays : ouvert aux réfugiés, défenseur de la cause LGBT, pro-européen convaincu. Dimanche soir, il a été assassiné au cours d’une fête caritative. De nombreux éditorialistes accusent le climat politique délétère créé par le pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il était élu depuis vingt ans à la tête de l’une des plus grandes villes de Pologne. Dimanche soir, Paweł Adamowicz a été assassiné à coups de couteau à Gdansk. Il était en train d’animer la grande cérémonie caritative polonaise qui organise chaque année des collectes de dons à destination des hôpitaux. Membre fondateur de Plateforme civique (PO), le parti de droite libérale qui a gouverné le pays entre 2007 et 2015, Paweł Adamowicz avait fait ses classes au sein du syndicat anticommuniste Solidarność à la fin des années 1980, puis dans le mouvement étudiant. C’était une personnalité de premier plan en Pologne, où Gdansk est considéré comme le berceau politique du pays.