L'incapacité des démocraties à contrôler la finance

Par

Alors que les scandales financiers s'accumulent, les démocraties semblent être dans l'incapacité de réguler et de contrôler les dérives et les abus des acteurs financiers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après le scandale du Libor et l'assouplissement des règles financières de Bâle 3, les banques ont, une nouvelle fois, fait la démonstration de l'incapacité des démocraties à imposer des contraintes aux acteurs financiers, en obtenant l'abandon des poursuites pénales des autorités américaines contre le paiement d'amendes à hauteur de 50 milliards de dollars.