Fukushima : le rapport qui change tout

Par

Un nouveau rapport, produit par une commission parlementaire japonaise indépendante, révèle que l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima n'est pas le produit d'une fatalité, mais un « désastre profondément causé par l'homme ». Il met à bas bon nombre d'explications officielles, décrit par le menu les mensonges de l'industriel Tepco, opérateur de la centrale, et les mauvais choix faits par le gouvernement dans la gestion de l'après-catastrophe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011 ont été des désastres naturels d’une ampleur qui a choqué le monde entier. Bien que déclenché par ces événements cataclysmiques, l’accident qui s’est ensuivi à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi ne peut pas être regardé comme un désastre naturel. Ce fut un désastre profondément causé par l’homme – qui aurait pu et aurait dû être prévu et prévenu. Et ses effets auraient pu être atténués par une réponse humaine plus efficace. »