Le prêt d’un fonds de pension liégeois éclabousse Bernard Tapie

Par Joël Matriche (Le Soir), David Leloup (Le Vif) et Tom Cochez (Apache)

C’est grâce à l’argent des retraités liégeois d’Ogeo Fund que Bernard Tapie a pu voler au secours de Nice-Matin en 2014. Grâce à un prêt en cascade de trois millions d’euros, la puissance financière d’Ogeo a été utilisée par Nethys pour aider l’homme d’affaires français. Et ce au détriment des autres candidats repreneurs du journal azuréen, dont le groupe belge Rossel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si Bernard Tapie a pu épauler, à l’automne 2014, les salariés de Nice-Matin dans la reprise de leur journal en leur prêtant quatre millions d’euros, c’est en grande partie grâce à un étrange prêt en cascade de trois millions d’euros que lui a accordé le fonds de pension liégeois Ogeo Fund via sa filiale anversoise Land Invest Group (LIG), conclut une enquête menée par les journaux belges Le Vif, et Le Soir, ainsi que par le journal belge Apache, diffusé par des journalistes indépendants francophones et flamands – enquête que nos confrères belges ont proposé à Mediapart de diffuser en même temps qu’eux. L'article du Soir est ici, celui du journal Le Vif est là, et celui, en flamand, du journal Apache est là.