Natural Cycles, l’application «contraceptive» qui fait débat

Par

En dépit de dizaines de grossesses non désirées, cette application mobile, reposant sur la méthode des températures, attire des milliers de femmes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Suède, elles sont cent quatre-vingt-neuf. Cent quatre-vingt-neuf femmes à s’être signalées ces neuf derniers mois auprès de l’agence de contrôle des médicaments du pays, après s’être retrouvées enceintes involontairement. Toutes utilisaient pour méthode de « contraception » une application mobile baptisée « Natural Cycles ». Celle que l’Agence des normes de la publicité britannique a épinglée à la fin du mois d’août pour publicité trompeuse, Natural Cycles se qualifiant de « très précise ». L’application avait aussi suscité l’inquiétude d’un hôpital suédois, en janvier, qui avait interpellé l’agence de contrôle du médicament. Laquelle a publié jeudi 13 septembre les conclusions, plutôt favorables, de son enquête sur Natural Cycles.