Climato-sceptiques: les dessous de la machine à fabriquer du doute

Par

En pleine conférence de l'ONU sur le climat, le climato-scepticisme continue d'être une machine de propagande très efficace, soutenue par l'industrie et organisée autour des think tanks conservateurs et néo-libéraux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 11 novembre, alors que s’ouvrait à Varsovie la 19e conférence de l’ONU sur le climat, David Rothbard, président du Committee for a constructive tomorrow (CFACT), think tank climato-sceptique de Washington, s’adressait aux habitants de la capitale polonaise. Sur une tribune installée dans le centre ville, Rothbard appelait les Varsoviens venus célébrer le jour de l’indépendance de la Pologne à « une nouvelle bataille pour la liberté contre ceux qui utilisent l’alarmisme climatique et environnemental pour voler nos libertés et donner aux bureaucrates internationaux le contrôle sur nos sources d’énergie, nos vies quotidiennes, notre prospérité et notre souveraineté nationale ».