Irak: la bataille de Mossoul tourne au carnage pour les civils

Par Jérémy André

Après cinq mois de combats, les forces irakiennes appuyées par l’aviation américaine se fraient un chemin coûte que coûte dans l’ouest de Mossoul, vers sa vieille ville étroite et surpeuplée, encore tenue par les djihadistes de l’État islamique. Mardi 14 mars, une frappe aérienne a tué 26 civils. Ils s’ajoutent à des centaines de victimes « collatérales » déjà documentées, alors que près de 100 000 personnes ont fui la zone. Reportage à Mossoul de notre envoyé spécial.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mossoul (Irak), de notre envoyé spécial.-  Avancer à tout prix. C’est le nouveau mot d’ordre des forces irakiennes à Mossoul-Ouest. Dans le quartier de Mahatta, près de la gare, 26 civils l’ont payé de leur vie, tués par une frappe aérienne mardi 14 mars, vers 4 heures de l’après-midi. « Amad, Mahmoud, Youssef, Marwan, Abdullah Fatah, sa femme, sa mère… », listent les cinq témoins directs interrogés par Mediapart, réfugiés dans des maisons au sud de la ville.