Grâce présidentielle en Egypte pour 560 détenus

Par
Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a accordé sa grâce à 560 prisonniers, dont une majorité de détenus accusés de soutenir les Frères musulmans, a-t-on appris vendredi de sources judiciaires.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

LE CAIRE (Reuters) - Le président égyptien Abdel Fattah al Sissi a accordé sa grâce à 560 prisonniers, dont une majorité de détenus accusés de soutenir les Frères musulmans, a-t-on appris vendredi de sources judiciaires.

Selon ces sources, 482 détenus graciés avaient été incarcérés pour des faits liés à la confrérie, déclarée hors la loi.

Un journaliste réputé, Abdel Halim Qandil, condamné en 2017 à trois ans de prison pour outrage à la justice, a lui aussi bénéficié de cette mesure de grâce, publiée tard jeudi soir dans le Journal officiel.

L'organisation Human Rights Watch estime à 60.000 personnes au moins le nombre de détenus qui ont été incarcérés pour des motifs politiques en Egypte.

Sissi, qui a accédé au pouvoir en 2014 après le renversement de Mohamed Morsi, président issu des Frères musulmans, assure qu'il n'y a pas de prisonniers politiques en Egypte.

Ses partisans expliquent que la répression menée depuis 2014 était nécessaire pour stabiliser l'Egypte après le soulèvement de 2011 contre le régime de Hosni Moubarak.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale