En Tunisie, la société se mobilise contre l’accord de libre-échange avec l'UE

Par

Discuté depuis 2016 à Tunis, l’Aleca, ou accord de libre-échange complet et approfondi avec l’Union européenne, suscite de vives réactions aussi bien au sein des militants syndicaux ou altermondialistes que du secteur privé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie), de notre correspondante.– Des amphithéâtres des universités de Tunis aux municipalités, en passant par les syndicats et les députés tunisiens, les discussions autour de l’Aleca, l’accord de libre-échange avec l’Union européenne, vont bon train en Tunisie. « On essaye de s’organiser, de se mobiliser, de sensibiliser », confie Warda Atig, la jeune présidente du syndicat étudiant UGET.