Lilia Blaise

Ses Derniers articles

  • En Tunisie, Kaïs Saïed prolonge l’état d’exception

    Par et
    Kaïs Saïed. © Capture d'écran France24 Kaïs Saïed. © Capture d'écran France24

    Trois mois après s’être octroyé tous les pouvoirs, le président tunisien Kaïs Saïed a décidé de prolonger l’état d’exception avec un nouveau calendrier : un référendum constitutionnel pour juillet 2022, puis des élections législatives. Ces mesures suscitent de nombreuses critiques.

  • En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed

    Par
    Octobre 2021. Le centre-ville de Jebiana, en Tunisie. © Photo Lilia Blaise pour Mediapart Octobre 2021. Le centre-ville de Jebiana, en Tunisie. © Photo Lilia Blaise pour Mediapart

    À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.

  • En Tunisie, une concentration des pouvoirs par le président de plus en plus inquiétante

    Par et
    Le président tunisien Kaïs Saïed, le 2 septembre 2020. © Fethi Belaid / AFP Le président tunisien Kaïs Saïed, le 2 septembre 2020. © Fethi Belaid / AFP

    Deux mois après son coup de force du 25 juillet, le président tunisien Kais Saied a publié, mercredi 22 septembre, un décret-loi dans lequel il concentre désormais les pouvoirs législatif et exécutif, sans recours possible.

  • La Tunisie à l’aube d’un changement de régime politique ?

    Par et

    Plus d’un mois après son coup de force du 25 juillet, le président tunisien Kaïs Saïed n’a toujours pas désigné de chef du gouvernement. Le 23 août, il a prolongé ses mesures d’exception sans échéancier. Samedi, il a laissé entendre que la Constitution de 2014 pourrait être amendée.

  • En Tunisie, la prolongation de l’état d’exception maintient le pays dans l’attente

    Par
    Un graffiti à l’effigie de Kaïs Saïed, à Tunis. © LB / Mediapart Un graffiti à l’effigie de Kaïs Saïed, à Tunis. © LB / Mediapart

    Le président de la République a confirmé lundi la prolongation du gel des activités du parlement, décrété le 25 juillet dernier. Kaïs Saïed a promis de s’adresser aux Tunisiens dans les prochains jours et de nommer un chef du gouvernement.

  • En Tunisie, la génération de la révolution attend des actes

    Par
    25 juillet 2021. Les jeunes soutiens de Kais Saied devant le Bardo . © LB / MP 25 juillet 2021. Les jeunes soutiens de Kais Saied devant le Bardo . © LB / MP

    Une semaine après la décision du président Kaïs Saïed de limoger le chef du gouvernement et de suspendre l’activité du Parlement, une partie des jeunes Tunisiens qui avaient voté massivement pour lui en 2019 débattent de la suite des événements. Leurs attentes économiques et sociales, ainsi que sur la question des libertés, sont nombreuses.

  • En Tunisie, le « coup constitutionnel » est salué par une population qui reste vigilante

    Par
    Des partisans du président Tunisien, Kais Saied, scandent des slogans contre le parti islamiste Ennahda lors d'une manifestation devant le parlement à Tunis, le 26 juillet 2021. © Photo de Chedly Ben Ibrahim / NurPhoto via AFP Des partisans du président Tunisien, Kais Saied, scandent des slogans contre le parti islamiste Ennahda lors d'une manifestation devant le parlement à Tunis, le 26 juillet 2021. © Photo de Chedly Ben Ibrahim / NurPhoto via AFP

    Les mesures décidées par le président de la République Kaïs Saïed dimanche 25 juillet, parmi lesquelles le limogeage du chef du gouvernement et la suspension des activités du Parlement, font suite à une crise politique qui dure depuis de longs mois en Tunisie. Si beaucoup de Tunisiens ont acclamé ce coup de maître, tout le monde craint aussi la concentration des pouvoirs aux mains d’un seul.

  • Covid: la Tunisie de nouveau dépassée par la pandémie

    Par
    Un hôpital dans la province de Kairouan. © Yassine Gaidi/Anadolu/AFP Un hôpital dans la province de Kairouan. © Yassine Gaidi/Anadolu/AFP

    Selon l’OMS, la Tunisie est le pays arabe et africain le plus touché par la pandémie de Covid-19. Les autorités ont décidé de confinements ciblés et de restrictions de déplacement face à la recrudescence des cas. Le système hospitalier est saturé.

  • En Tunisie, l’impunité des violences policières inquiète

    Par
    Une manifestante scande des slogans devant les forces de sécurité, lors d’une manifestation à Tunis pour protester contre la répression policière et l’impunité, le 18 juin 2021. © Chedly Ben Ibrahim/Hans Lucas/AFP Une manifestante scande des slogans devant les forces de sécurité, lors d’une manifestation à Tunis pour protester contre la répression policière et l’impunité, le 18 juin 2021. © Chedly Ben Ibrahim/Hans Lucas/AFP

    La mort d’un trentenaire le 8 juin dans le quartier de Sidi Hassine, à l’ouest de Tunis, dans des circonstances suspectes, lors de son arrestation, et le passage à tabac d’un jeune de 15 ans par des policiers, qui l’ont aussi dénudé en pleine rue, ont suscité l’indignation de la société civile.

  • Dix ans après la révolution, la Tunisie se trouve dans une impasse

    Par et
    Chaque manifestation est aujourd'hui étroitement quadrillée par les forces sécuritaires en Tunisie, parfois même violemment réprimée, faisant craindre à nombre de citoyens les prémices d’un retour à l’État policier. © Lilia Blaise Chaque manifestation est aujourd'hui étroitement quadrillée par les forces sécuritaires en Tunisie, parfois même violemment réprimée, faisant craindre à nombre de citoyens les prémices d’un retour à l’État policier. © Lilia Blaise

    Rupture entre le chef du gouvernement et le président, conflits parlementaires et montée du populisme, dans un contexte de crise sanitaire et économique... En cet anniversaire du soulèvement tunisien, les politiques se retrouvent face à la colère de la rue, qui demande des comptes.