lilia Blaise

Ses Derniers articles

  • Avec #EnaZeda, la Tunisie vit son moment #MeToo

    Par
    Conférence de presse de l'association Aswat Nissa le 24 octobre. © LB Conférence de presse de l'association Aswat Nissa le 24 octobre. © LB

    Après un scandale de harcèlement sexuel à l'encontre d'une lycéenne, commis par un député élu en octobre et militant des droits de l'homme, un mouvement spontané est né sous le mot-dièse #EnaZeda (« Moi aussi »). Il révèle l’omniprésence du harcèlement sexuel sévissant dans la société tunisienne.

  • En Tunisie, Kaïs Saïed, le prof devenu président grâce aux jeunes

    Par et
    Kaïs Saïed, nouveau président de la Tunisie. © Reuters Kaïs Saïed, nouveau président de la Tunisie. © Reuters

    Élu avec plus de 70 % des voix, Kaïs Saïed, un enseignant en droit constitutionnel à la retraite de 61 ans, est le nouveau président de la Tunisie depuis ce dimanche. Pour de nombreux Tunisiens, sa victoire atypique illustre un tournant dans la transition démocratique.

  • En Tunisie, deux finalistes à la présidentielle aux antipodes

    Par et

    Le peuple tunisien va élire ce dimanche 13 octobre son nouveau président de la République dans un contexte électoral tendu et ponctué de rebondissements politiques. Deux finalistes, aux antipodes l’un de l’autre, sont en lice : le juriste Kaïs Saïed et le magnat Nabil Karoui incarcéré durant la majeure partie de la campagne. Zoom sur ces deux ovnis politiques.

  • Tunisie: incarcéré, un finaliste à la présidentielle est libéré contre toute attente

    Par et

    Une campagne électorale avec un des deux finalistes incarcéré puis relâché à la veille du second tour est-elle équitable ? En Tunisie, la détention puis la libération surprise de l’homme d’affaires controversé Nabil Karoui, qui pourrait être élu président le 13 octobre, sature l’espace médiatique de polémiques et cause un sérieux casse-tête juridique. 

  • La bataille de Tunis, microcosme des élections législatives

    Par
    Rached Ghannouchi, le leader historique d’Ennahda et candidat pour la première fois aux législatives (3e en partant de la droite). © Lilia Blaise Rached Ghannouchi, le leader historique d’Ennahda et candidat pour la première fois aux législatives (3e en partant de la droite). © Lilia Blaise

    Pratiquement effacé par les polémiques autour du second tour de la présidentielle, le scrutin législatif de ce dimanche 6 octobre s’annonce tendu en Tunisie. À Tunis 1, l’une des circonscriptions de la capitale, la bataille est très symbolique.

  • Tunisie: de l’abstention au vote sanction, une défiance à l’égard des politiques

    Par
    Décompte des votes à Tunis, le 17 septembre 2019. © REUTERS/Zoubeir Souissi Décompte des votes à Tunis, le 17 septembre 2019. © REUTERS/Zoubeir Souissi

    Le taux de participation – 45 % des 7 millions d’électeurs inscrits – et le résultat du premier tour avec deux candidats atypiques – l’un est en prison, l’autre est un outsider de la politique – témoignent d’un rejet du système politique qui a prévalu depuis la révolution de 2010. Avec une forte démobilisation parmi les jeunes.

  • Tunisie: des débats télévisés pour contrer la propagande avant la présidentielle

    Par
    Lors de la projection du débat à Lafayette, à Tunis, septembre 2019. © LB Lors de la projection du débat à Lafayette, à Tunis, septembre 2019. © LB

    Pour la première fois, des débats télévisés entre candidats ont été organisés à Tunisie. Alors que l’élection présidentielle doit se tenir dimanche 15 septembre, beaucoup d’électeurs saluent cette avancée démocratique permettant des prises de parole équilibrées. Mais, dans le pays, la télévision reste encore bien souvent, malgré l’existence d’une Haute Autorité indépendante pour la communication audiovisuelle, un lieu de propagande.

  • Dans le nord-ouest de la Tunisie, la tentation du vote antisystème 

    Par
    L'agriculteur Jamil Roueli dans les montagnes, près du village d'Erraka. © Lilia Blaise L'agriculteur Jamil Roueli dans les montagnes, près du village d'Erraka. © Lilia Blaise

    À Ghardimaou, non loin de la frontière algérienne, les motifs de mécontentement sont nombreux dans cette région forestière où les infrastructures manquent cruellement. Le premier tour de l’élection présidentielle tunisienne dimanche 15 septembre pourrait être marqué par l’abstention et la montée d’un vote contestataire. Pourtant, au niveau local, neuf ans après la révolution, certains tentent de changer les choses en s’engageant.

  • En Tunisie, l’arrestation d’un candidat controversé alourdit l’ambiance de la campagne présidentielle

    Par
    rts2nl8v

    Nabil Karoui, homme d’affaires et candidat à la présidentielle tunisienne, a été arrêté vendredi 23 août. Il fait l’objet d’une enquête judiciaire pour corruption, évasion fiscale et blanchiment d’argent. Le timing de son arrestation relance les interrogations sur l’intégrité du processus démocratique dans le pays.

  • Tunisie: le 13 août célèbre les femmes mais pas leurs droits

    Par
    Mars 2019 à Tunis. Marche pour l'égalité dans l'héritage. © LB / MP Mars 2019 à Tunis. Marche pour l'égalité dans l'héritage. © LB / MP

    En Tunisie, la journée du 13 août célèbre les femmes depuis la promulgation en 1957 du code du statut personnel, un corpus juridique qui défend leurs droits. Mais, malgré des acquis, les associations féministes se battent encore plus que jamais, surtout pour faire appliquer les lois.