La gauche marocaine entre utopie et politique

Par

Seule formation politique représentée au Parlement à défendre la cause des détenus du Hirak du Rif, la Fédération de la gauche démocratique (FGD), à l’extrême gauche de l’échiquier, est aussi acclamée que controversée. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche 15 juillet à Rabat, au Maroc, pour dénoncer la condamnation à de très lourdes peines de prison allant jusqu’à 20 ans des 53 membres du Hirak, ce mouvement social d’une ampleur inédite sous Mohammed VI qui a secoué pendant près de deux ans la région du Rif, avant d’être violemment réprimé.