Prix du blé: les spéculateurs pointés du doigt

Après la suspension des exportations de blé par la Russie, c'est au tour de l'Ukraine: Kiev devrait annoncer, mercredi 17 août, de fortes réductions de ses exportations de céréales. Les cours du blé risquent d'entrer une nouvelle fois en ébullition. Mais les spéculateurs sont-ils les vrais responsables de la flambée des cours? Comment freiner ces pratiques?

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La flambée des cours du blé observée depuis le mois de juillet, et le gel des exportations russes en vigueur depuis le 15 août, ont réactivé le spectre des «émeutes de la faim» du printemps 2008. Mardi, le boisseau de blé (27 kilos) s'échangeait, à la bourse de Chicago, à plus de sept dollars, contre à peine plus de quatre dollars début juin. Il avait frôlé, au plus fort de la crise de 2008, les 13 dollars. L'Egypte, premier importateur de blé, est déjà fragilisée: ces crispations devraient lui coûter au moins quatre milliards de livres (550.000 euros) d'ici la fin de l'année. En plein mois du ramadan, alors que la demande de nourriture explose de 25% dans de nombreux pays du Sud, les tensions ne devraient pas s'apaiser. Une fois encore, les spéculateurs sont pointés du doigt.
1 - L'ombre des spéculateurs derrière la hausse des cours?
La canicule et les incendies en Russie, troisième producteur mondial de blé, continuent de faire des ravages: Moscou a révisé à la baisse, le 9 août, ses prévisions de production de céréales, aux environs de 60 millions de tonnes, contre 90 millions prévus. D'autres poids lourds du marché du blé ont été fragilisés ces dernières semaines: l'Ukraine et le Kazakhstan ont connu d'importantes vagues de chaleur, tandis que le Canada a souffert d'inondations. Kiev devait annoncer mercredi 18 août, de fortes réductions de ses exportations de blé et d'orge.
La FAO, l'agence des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation, a donc dû se résoudre à revoir elle aussi ses prévisions, le 4 août. Tout en précisant que «le marché mondial du blé reste nettement plus équilibré que lors de la crise alimentaire mondiale en 2007-2008». Les «fondamentaux» du marché sont jugés rassurants, à commencer par les stocks de blé, qui se sont reconstitués depuis 2008 – à plus de 190 millions de tonnes. Le spectre de la pénurie est écarté. De là à pointer du doigt les spéculateurs, accusés d'entretenir artificiellement la hausse en cours en jouant sur les anticipations de crise...

2 - L'ampleur des dégâts difficile à cerner
Dans une note d'étude publiée en juin, la FAO s'est penchée sur le fonctionnement des marchés à terme, propices à la spéculation. Et relève que «seulement 2% des contrats à terme aboutissent à la livraison des produits matériels». En clair, la plupart des investisseurs ne veulent pas acheter du blé ou du maïs, mais uniquement s'échanger des contrats en fonction des évolutions boursières, avant que ceux-ci n'arrivent à expiration, pour en tirer profit. Alors que les actions et obligations sont malmenées depuis l'éclatement de la crise des «subprime», les matières premières agricoles sont un refuge rêvé pour des investisseurs prudents. Les fonds indexés à la performance de telle ou telle matière première sont en plein essor. Ces «trackers» très rentables détiennent, selon la FAO, «environ 25 à 35% de tous les contrats à terme agricoles». Avec des taux de rentabilité très supérieurs à ceux des marchés actions classiques.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Politique — Analyse
Immigration : ce que voudrait faire Gérald Darmanin
Au cours des derniers mois, le ministre de l’intérieur comme le président de la République ont dévoilé quelques mesures phares qui pourraient constituer le projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour 2023.
par Nejma Brahim et Ilyes Ramdani
Éducation — Enquête
Éducation à la sexualité : Mediapart révèle un rapport d’inspection enterré par Blanquer
Un rapport de l’inspection générale de l’éducation nationale, qui établit la trop faible efficacité de l’éducation à la sexualité, est resté un an dans les tiroirs de Jean-Michel Blanquer. Son successeur, Pap Ndiaye, semble enfin vouloir faire de cette politique publique une priorité.
par Mathilde Goanec et Pierre Januel
Qatar : le Mondial de la honte — Enquête
Au Qatar, l’enfer des travailleuses domestiques
Encore plus invisibilisées que les forçats des chantiers car maltraitées dans l’intimité de foyers privés où elles sont recluses, les travailleuses domestiques subissent des abus et des violations systémiques au Qatar. Deuxième volet de notre enquête au royaume de l’esclavage moderne.
par Rachida El Azzouzi
Moyen-Orient — Enquête
Sabra et Chatila : histoire d’un massacre anticipé par Israël
Il y a quarante ans, le 16 septembre 1982,  commençait dans les camps de réfugiés palestiniens du Liban une orgie de viols et d’assassinats qui allait se poursuivre pendant trois jours. Cinq mois plus tard, une commission d’enquête gouvernementale concluait qu’aucun Israélien ne pouvait être tenu pour responsable des massacres. Un universitaire a découvert à Jérusalem, dans les archives officielles, une tout autre vérité…
par René Backmann