Turquie: le journal d’opposition «Cumhuriyet» décimé après un changement de dirigeants

Par

L’arrivée au pouvoir d’une nouvelle direction se revendiquant de l’héritage kémaliste a poussé au départ une trentaine des meilleures plumes du quotidien, un des derniers bastions de la presse d’opposition, bête noire du président Erdogan et de son appareil judiciaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie), de notre correspondant.-  C’est une hémorragie. Depuis une semaine, Cumhuriyet, l’un des derniers quotidiens turcs à ne pas avoir encore prêté allégeance au président Recep Tayyip Erdogan, se vide de sa substance. Une trentaine de journalistes ont déjà fait leurs cartons. Parmi eux, on retrouve des éditorialistes de renom, comme le vétéran du journalisme Aydin Engin (77 ans), l’économiste Ahmet Insel, le spécialiste des questions internationales Kadri Gürsel ou encore Özgür Mumcu, le fils du journaliste assassiné Ugur Mumcu, une des icônes du journal.