En Israël, la peur l'a emporté

Par

En se mobilisant massivement et en votant pour le parti de droite, le Likoud, les Israéliens ont envoyé un message clair de soutien à Benjamin Netanyahou et à sa politique de guerre permanente. « Tant que je serai premier ministre, il n’y aura pas d’État palestinien », avait déclaré le leader du Likoud la veille du scrutin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec un taux de participation de près de 72 %, soit près de cinq points de plus que lors du précédent scrutin, c’est un plébiscite. Donné battu depuis des semaines, le Likoud, parti de droite du premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, est parvenu à remobiliser son électorat dans la dernière semaine de l’élection législative pour triompher de l’Union sioniste (centre), qui avait la faveur des sondages depuis près d’un mois. Netanyahou a déjoué les pronostics ce mardi en obtenant plus de 23 % des suffrages, cinq points de plus que son principal concurrent, Isaac Herzog. Ce mercredi midi, la radio publique israélienne a effectué une dernière projection donnant 30 députés pour le Likoud, près du quart des 120 sièges de l’Assemblée israélienne, et 24 pour l'Union sioniste. Benjamin Netanyahou est donc en position de force pour former le prochain gouvernement, ce que devrait lui demander le président israélien une fois les résultats officiels publiés, sans doute dès ce jeudi.