Au Canada, chacun cherche son réfugié

Par

Le Canada cultive une image de pays ouvert et accueillant, qui contraste avec le nouveau visage des États-Unis. Mais il suffit de gratter pour que la façon de traiter réfugiés et migrants apparaisse, là aussi, tel un baromètre des contradictions et des crispations nationales…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Montréal et Ottawa (Canada), envoyé spécial.-  La fin du mois de mars approche et la côte orientale du Canada s’ébroue sous la neige, donnant à chacun l’envie de se calfeutrer chez soi, boisson chaude à la main et chaussettes de laine aux pieds. Mais il y a un MAI (Montréal arts interculturels) qui propose, bravant le frimas, une succession de performances intitulée « Prendre place ».