Derrière la farce diplomatique, Donald Trump joue l’opinion

Par

Après avoir désavoué ses services de renseignement face à Vladimir Poutine, le président américain a fini par reconnaître l’ingérence de la Russie dans la campagne de 2016. Au-delà de cette volte-face, Donald Trump semble préparer l’opinion à la sortie de l’enquête Mueller concernant ses liens avec Moscou.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une terrible méprise. Vingt-quatre heures après sa conférence de presse conjointe avec Vladimir Poutine, Donald Trump a relu le script de ses propos et s'est rendu compte que sa langue avait fourché : il voulait dire le contraire de ce qu'il a dit. Voilà en tout cas l'histoire que la présidence américaine a servie aux médias mardi 17 juillet, alors que les prises de position de Donald Trump à Helsinki, très proches de celles des Russes, lui avaient attiré les critiques quasi unanimes des responsables politiques américains.