Appel de la commission des droits de l'homme de l'Onu en faveur de Lula

Par
La commission des droits de l'homme de l'Onu a réclamé vendredi que le gouvernement brésilien autorise l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva à exercer ses droits politiques.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

SAO PAULO (Reuters) - La commission des droits de l'homme de l'Onu a réclamé vendredi que le gouvernement brésilien autorise l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva à exercer ses droits politiques.

Condamné en appel à douze ans de détention pour corruption, Lula, investi par son Parti des travailleurs (PT), a fait déposer cette semaine sa candidature à l'élection présidentielle d'octobre prochain.

Mais elle devrait être rejetée par le tribunal électoral: une loi baptisée "Ficha Limpa" (casier vierge) prévoit que les personnalités politiques ayant été condamnées en appel pour corruption sont inéligibles à la fonction suprême.

Lula a été incarcéré début avril.

La commission onusienne, qui veille au respect du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, a déclaré dans un communiqué transmis par email avoir demandé au gouvernement brésilien "de ne pas empêcher (Lula) de se présenter à l'élection présidentielle de 2018 tant que ses appels devant les tribunaux n'ont pas fait l'objet de procédures judiciaires équitables".

Ces conclusions de la commission, qui ne sont pas juridiquement contraignantes, vont être transmises au système judiciaire brésilien, a déclaré dans un communiqué la délégation brésilienne auprès de l'Onu à Genève.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale