Malgré les Américains, Erdogan prêt à dégainer contre les Kurdes

Par

L’offensive annoncée par le président turc dans l’est de la Syrie se heurte à la présence américaine qui a récemment procédé à la fortification des positions kurdes, rapporte L'Orient-Le-Jour de Beyrouth.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le reïs s’impatiente. La Turquie pourrait, « dans les prochains jours », lancer une opération militaire contre les milices kurdes des YPG (branche syrienne du PKK, considéré comme un groupe terroriste par la Turquie) dans ses fiefs situés à l’est de l’Euphrate. « La Turquie a perdu assez de temps jusqu’ici pour intervenir contre le marécage terroriste à l’est de l’Euphrate. Nous n’avons plus la patience d’attendre ne serait-ce qu’un jour de plus », a affirmé vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan, lors d’une réunion de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) à Istanbul. Le chef de l’État turc a surenchéri hier et s’est dit déterminé à « se débarrasser » des milices kurdes dans le nord de la Syrie si leur parrain américain, qui les soutient dans le cadre de la lutte contre le groupe État islamique, ne les invitait pas à s’en retirer.