Rohingyas: Aung San Suu Kyi défend l’armée birmane

Par

Dans son discours destiné à la communauté internationale, ce mardi 19 septembre, l’ancienne icône de la démocratie birmane, telle une politicienne ordinaire, a invoqué une transition démocratique en chantier pour expliquer son inaction face à la tragédie subie par les Rohingyas, dont elle conteste encore la dimension. Et elle invite les exilés à revenir, sans leur offrir la moindre garantie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il a suffi d’une demi-heure à Aung San Suu Kyi pour détruire définitivement, aux yeux du monde, ce qu’il restait de son image de combattante de la démocratie. Et pour confirmer son nouveau rôle de politicienne rouée, résolue à recourir sans vergogne à la langue de bois et aux contre-vérités délibérées pour préserver son pouvoir.