René Backmann

Ses Derniers articles

  • En Israël, les noces dangereuses de l’armée et des sociétés d’espionnage

    Par
    Un soldat israélien utilise un drone pour surveiller des manifestants palestiniens à Hébron en Cisjordanie, en septembre 2015. © Photo Hazem Bader / AFP Un soldat israélien utilise un drone pour surveiller des manifestants palestiniens à Hébron en Cisjordanie, en septembre 2015. © Photo Hazem Bader / AFP

    Les unités de renseignement électronique de l’armée israélienne servent aussi de réseau de repérage, de sélection et de formation avancée pour les start-up locales de cyberespionnage comme NSO. Avec les risques que cette collaboration présente pour certains « geeks » piégés dans ce milieu trouble.

  • Palestine : Mahmoud Abbas sommé de « dégager »

    Par
    Des manifestants participent à une manifestation appelant à la démission du président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah le 24 juin 2021, à la suite de la mort du militant palestinien des droits humains Nizar Banat, décédé peu de temps après son arrestation par la sécurité de l'Autorité palestinienne. © ABBAS MOMANI / AFP Des manifestants participent à une manifestation appelant à la démission du président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah le 24 juin 2021, à la suite de la mort du militant palestinien des droits humains Nizar Banat, décédé peu de temps après son arrestation par la sécurité de l'Autorité palestinienne. © ABBAS MOMANI / AFP

    La mort suspecte d’un opposant dans les locaux de la Sécurité palestinienne confirme et aggrave les accusations d’autoritarisme et de corruption adressées au président de l’Autorité palestinienne par les manifestants qui dénoncent le bilan désastreux de ses quinze ans de pouvoir. Et réclament sa démission.

  • En Israël, Netanyahou enfin chassé du pouvoir

    Par
     © Ahmad Gharabli / AFP © Ahmad Gharabli / AFP

    Après quinze ans d’un pouvoir dont il a usé et abusé, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou quitte la scène politique, hargneux et sans gloire, laissant derrière lui un pays soulagé mais divisé. Mais son successeur Naftali Bennett pourra-t-il faire mieux que du Netanyahou sans Netanyahou ?

  • Israël : même l’extrême droite ne veut plus de Netanyahou

    Par
    Le chef du parti israélien Yemina, Naftali Bennett, arrive à la Knesset, le Parlement israélien, pour faire une déclaration politique à Jérusalem, le 30 mai 2021. © YONATAN SINDEL / PISCINE / AFP Le chef du parti israélien Yemina, Naftali Bennett, arrive à la Knesset, le Parlement israélien, pour faire une déclaration politique à Jérusalem, le 30 mai 2021. © YONATAN SINDEL / PISCINE / AFP

    Pour bâtir une coalition en mesure de chasser le premier ministre du pouvoir, le centriste laïc Yair Lapid a accepté de céder provisoirement le poste de premier ministre à l’une des figures de la droite dure, Naftali Bennett, partisan de la colonisation et de l’annexion des Territoires palestiniens. La politique de « Bibi » va-t-elle se poursuivre sans lui ?

  • Israël-Palestine: le «manque de courage» d’Emmanuel Macron

    Par et
    Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu. © Ludovic Marin/AFP Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu. © Ludovic Marin/AFP

    Ces derniers jours, la France a paru effacée et partiale. Une attitude qui s’explique d’un point de vue diplomatique, mais découle aussi de considérations liées à la situation intérieure française.

  • Israël-Palestiniens: c’est contre l’apartheid que se bat la jeunesse 

    Par
    Le 16 mai 2021, non loin de Ramallah. © Abbas Momani/AFP Le 16 mai 2021, non loin de Ramallah. © Abbas Momani/AFP

    Malgré l’apparence, ce n’est peut-être pas dans la bataille de Gaza qu’il sera le plus difficile d’obtenir un retour au calme. Israéliens comme Palestiniens sont rodés aux marchandages qui préparent un cessez-le-feu. Mais comment mettre un terme aux affrontements dans les villes « mixtes » d’Israël où se sont rouvertes les plaies de 1948 ?

  • Jérusalem: la crainte que l’escalade commence seulement

    Par
    Des Palestiniens et leur drapeau lors d’un rassemblement anti-israélien au checkpoint de Qalandiya, le 11 mai 2021. ABBAS MOMANI / AFP Des Palestiniens et leur drapeau lors d’un rassemblement anti-israélien au checkpoint de Qalandiya, le 11 mai 2021. ABBAS MOMANI / AFP

    Ce n’est pas seulement pour protester contre l’interdiction d’accéder à la mosquée Al-Aqsa que les jeunes Palestiniens de Jérusalem affrontent la police israélienne. C’est aussi pour dénoncer la politique menée depuis plus de dix ans par Netanyahou. Mais leur colère vise également les dirigeants palestiniens.

  • Israël: fin de partie pour Netanyahou?

    Par
    Benjamin Netanyahou lors d’une cérémonie pour les soldats le 13 avril 2021 à Jérusalem. © Debbie Hill/Pool/AFP Benjamin Netanyahou lors d’une cérémonie pour les soldats le 13 avril 2021 à Jérusalem. © Debbie Hill/Pool/AFP

    Parce qu’il a une fois de plus surestimé ses talents de politicien mais surtout sous-estimé l’ampleur du rejet qu’il provoque aujourd’hui, dans l’opinion comme au sein du monde politique, le premier ministre israélien semble être sur le point de quitter la scène.

  • Tchad: comment la France a avalisé un coup d’Etat

    Par et
    Emmanuel Macron et Mahamat Idriss Déby (à gauche) le 23 avril 2021 à N'Djamena © Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP Emmanuel Macron et Mahamat Idriss Déby (à gauche) le 23 avril 2021 à N'Djamena © Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP

    Le 27 avril, la France a « fermement condamné » la répression de manifestations qui ont fait au moins six morts au Tchad. Mais par son soutien appuyé, elle a de fait avalisé un coup d’État.

  • Tchad: la victoire attendue de notre «ami» Idriss Déby Itno

    Par
    Le président tchadien Idriss Déby Itno (à droite) en pleine campagne électorale à N’Djamena le 13 mars 2021. © Renaud Masbeye Boybeye/AFP Le président tchadien Idriss Déby Itno (à droite) en pleine campagne électorale à N’Djamena le 13 mars 2021. © Renaud Masbeye Boybeye/AFP

    Au pouvoir depuis trente ans grâce au soutien de la France, le président tchadien sortira probablement vainqueur, une fois encore, du scrutin présidentiel de dimanche. Victoire d’autant plus prévisible que ses véritables opposants ont retiré leur candidature pour ne pas cautionner une mascarade électorale acceptée d’avance par Paris.