René Backmann

Ses Derniers articles

  • Arabie saoudite: «Ici, promouvoir la démocratie est un crime»

    Par
    capture d'écran du site al-Qds capture d'écran du site al-Qds

    Alors que le royaume wahhabite entend durcir le blocus imposé au Qatar et affirmer ainsi sa domination sur la région, des militants saoudiens des droits humains dévoilent à Mediapart la vraie nature d’une tyrannie qui décapite au sabre et interdit aux femmes de sortir en public sans tuteur masculin.

  • Après les Philippines, l’Etat islamique vise l’Indonésie et le Bangladesh

    Par

    Responsables d’attentats meurtriers dans les années 2000, les djihadistes indonésiens, décimés par une répression brutale, sont en pleine réorganisation. Sous l’influence des combattants rentrés du Proche-Orient et de Daech, de multiples groupes armés veulent désormais étendre le califat jusqu’en Birmanie.

  • L’Etat islamique prend pied aux Philippines

    Par
    L’émir Isnilon Hapilon. © (capture d'écran vidéo) L’émir Isnilon Hapilon. © (capture d'écran vidéo)

    Assiégé à Mossoul et à Raqqa, le califat d’Abou Bakr al-Baghdadi se tourne vers l’Asie du Sud-Est pour conquérir de nouvelles provinces. C’est en tout cas l’objectif proclamé par des groupes djihadistes issus d'anciennes rébellions et qui se battent désormais sous le drapeau de Daech au sud des Philippines.

  • Crise du Golfe: l’ultimatum de l’alliance anti-Qatar

    Par

    Après avoir rompu leurs relations diplomatiques avec l’émirat gazier, placé sous embargo aérien et maritime, l’Arabie saoudite et ses alliés viennent d’édicter 13 exigences que Doha doit accepter pour mettre fin à la crise. Exigences qui mettraient un terme à la souveraineté du Qatar.

  • Pourquoi l’Arabie saoudite et ses alliés ont rompu avec le Qatar

    Par

    Riyad, qui accuse Doha de soutenir le terrorisme, c’est-à-dire les Frères musulmans et surtout de garder des relations avec l’Iran, a convaincu l’Égypte, les Émirats arabes unis et Bahrein de se joindre à sa stratégie d’isolement du Qatar.

  • Armes chimiques: le régime syrien a construit son arsenal avec l'aide de plusieurs pays

    Par
    Site souterrain de production de VX et d'ypérite, près d’Al-Nabk. Les flèches indiquent l'entrée des souterrains. © DR Site souterrain de production de VX et d'ypérite, près d’Al-Nabk. Les flèches indiquent l'entrée des souterrains. © DR

    La Russie, l’Arménie et l’Allemagne fédérale ont été des fournisseurs majeurs de technologie et de matières premières pour le programme syrien de production de gaz de combat : c’est ce que révèlent à Mediapart des scientifiques syriens en exil qui ont travaillé à ce projet. Et qui témoignent de l’existence aujourd’hui encore, en violation du droit international, d’un arsenal chimique clandestin en Syrie.

  • Comment Bachar al-Assad a gazé son peuple: les plans secrets et les preuves

    Par
    megabloc-armes-chimiques

    Aujourd’hui en exil, des scientifiques syriens qui ont participé à la fabrication des armes chimiques utilisées par le régime de Damas dévoilent pour Mediapart les secrets du complexe militaro-scientifique syrien. Ils révèlent que le dictateur se préparait à utiliser les gaz de combat contre ses opposants dès 2009, deux ans avant les premières manifestations en faveur de la démocratie.

  • Les crises internationales qui attendent le nouveau pouvoir (2/2)

    Par
    Des opposants au président Kabila ont défilé dans les rues de Kinshasa, au mois de septembre 2016, quand il a été annoncé que les élections seraient repoussées. © Reuters Des opposants au président Kabila ont défilé dans les rues de Kinshasa, au mois de septembre 2016, quand il a été annoncé que les élections seraient repoussées. © Reuters

    Mediapart poursuit sa revue des douze situations de crise que le nouveau pouvoir devra affronter en priorité. Après les six crises liées à la présence des groupes djihadistes et du terrorisme, nous avons sélectionné six autres pays ou zones qui peuvent constituer un risque majeur pour la sécurité internationale.

  • Les douze crises internationales qui attendent le nouveau pouvoir (1/2)

    Par
    Un quartier de Mossoul (Irak) détruit par les bombardements de la coalition, en février. © (JA) Un quartier de Mossoul (Irak) détruit par les bombardements de la coalition, en février. © (JA)

    Il n’en a pas été question, comme de presque tous les problèmes de politique internationale, pendant la campagne électorale. Mais de nombreuses crises régionales menacent la stabilité de la planète. Emmanuel Macron devra en évaluer l’importance en tenant compte d’un facteur nouveau et déroutant : le caractère imprévisible des initiatives de Donald Trump.

  • Israël-Palestine: l’heure de Marwan Barghouti?

    Par

    En prenant la tête d’une grève de la faim qui touche déjà près d’un détenu palestinien sur quatre, le dirigeant le plus populaire de Palestine lance depuis sa prison un double défi. Au gouvernement israélien, tenté par un refus de négocier lourd de menaces. Et à Mahmoud Abbas, dont l’immobilisme est de plus en plus critiqué.