Abigail Saguy: «Les violences faites aux femmes ne sont toujours pas prises au sérieux»

Par
Sociologue américaine, Abigail Saguy analyse pour Mediapart l'affaire DSK, de la construction des catégories juridiques aux peines encourues. Alors qu'aux États-Unis les victimes privilégient les procédures au civil afin d'obtenir des compensations financières importantes, en France le harcèlement sexuel, tout comme l'agression sexuelle ou le viol, relèvent du code pénal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abigail Saguy est professeure associée et vice-présidente du département de sociologie de l'UCLA (Californie). Spécialiste des questions de harcèlement sexuel, elle a écrit What Is Sexual Harassment? From Capitol Hill to the Sorbonne (Université of California Press, 2003), non traduit en France, issu d'une thèse de doctorat conduite en cotutelle à l'EHESS et à l'Université de Princeton (New Jersey). Analysant l'affaire DSK, elle compare les systèmes légaux en France et aux États-Unis. Les Américains privilégient les procédures au civil, permettant aux victimes d'obtenir des compensations financières importantes, tandis qu'en France le harcèlement sexuel, tout comme l'agression sexuelle ou le viol, relèvent du code pénal.