Au Chili, les migrants haïtiens dans l'incertitude

Par Marion Gonidec

Les centaines de milliers d’Haïtiens arrivés depuis peu au Chili représentent désormais le sixième groupe de résidents immigrés dans le pays. Mais, discriminés en raison de leur langue et de leur couleur de peau, ils pâtissent des mesures administratives restrictives imposées depuis avril par le gouvernement du conservateur Sebastián Piñera. Le Chili nie ses racines métissées, s’alarment des activistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Santiago du Chili (Chili), envoyée spéciale - « Installés » par l’artiste chinois Ai WeiWei sur la façade du bâtiment des Archives nationales de Santiago, en plein centre, les gilets de sauvetage des réfugiés rappellent au passant, en ce début d’hiver austral, les naufrages meurtriers et la violence des migrations. « Cette question a été beaucoup instrumentalisée ici aussi ces derniers temps, surtout par la droite et l’extrême droite pendant la campagne électorale de novembre 2017. Le Chili est le pays d’Amérique latine où la part d’immigrés dans la population croît le plus », explique l’anthropologue chilien Rolando Poblete.