Au Burkina Faso, les groupes terroristes gagnent du terrain

Par

L’enlèvement d’un Européen, le 18 septembre au Niger, place au centre des inquiétudes le Burkina Faso voisin, où le nombre des attaques contre l’État et les civils progresse inexorablement dans des zones propices à la dissimulation. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans un Sahel délaissé par les touristes, où les étrangers concentrés dans les capitales bénéficient d’une sécurité renforcée, l’enlèvement du missionnaire italien Pierluigi Maccalli au Niger dans la nuit du 17 au 18 septembre confirme la vulnérabilité des missionnaires chrétiens dans une région où la guérilla des groupes armés d’inspiration islamiste se recompose en permanence malgré les différentes initiatives militaires.