Fabien Offner

Ses Derniers articles

  • Au Mali, IBK facilement réélu, malgré un bilan désastreux

    Par
    Affiche électorale d’IBK en 2013. © Reuters Affiche électorale d’IBK en 2013. © Reuters

    Le président malien sortant Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), soutenu par la France, a été facilement réélu pour cinq ans avec plus de 67 % des voix, selon des résultats officiels publiés jeudi 16 août. Son opposant a dénoncé des irrégularités dans le scrutin. Retour sur les raisons de la victoire d’IBK.

  • Elections au Mali: en dépit d’un bilan désastreux, IBK part favori

    Par
    Affiche électorale d’IBK en 2013. © Reuters Affiche électorale d’IBK en 2013. © Reuters

    Président depuis cinq ans, Ibrahim Boubacar Keïta veut se faire réélire lors de l’élection présidentielle qui se tiendra au Mali le 29 juillet. Ses opposants sont toujours plus nombreux, ses anciens soutiens l’ont lâché. Pourtant, alors que le pays est considéré comme un foyer de déstabilisation régionale, il a toutes les chances de l’emporter, soutenu par la France. Faute de mieux.

  • Démuni et contesté, le G5 Sahel patine

    Par
    Ibrahim Boubacar Keita, président du Mali, et Emmanuel Macron se congratulent sous le regard de leurs homologues Mahamadou Issoufou (Niger) et Idriss Déby (Tchad) à Nouakchott (Mauritanie), lundi 2 juillet 2018. © Reuters Ibrahim Boubacar Keita, président du Mali, et Emmanuel Macron se congratulent sous le regard de leurs homologues Mahamadou Issoufou (Niger) et Idriss Déby (Tchad) à Nouakchott (Mauritanie), lundi 2 juillet 2018. © Reuters

    Emmanuel Macron a rencontré lundi ses homologues du G5 Sahel, en marge du sommet de l’Union africaine réuni à Nouakchott (Mauritanie). Tandis que les dirigeants africains regrettent de devoir mendier les fonds promis à la force antiterroriste, les attaques se poursuivent, tout comme les critiques.

  • Médine, extension du domaine des censeurs

    Par
    Image extraite du clip de la chanson « Bataclan ». Image extraite du clip de la chanson « Bataclan ».

    S’il s’inscrit dans une longue histoire de tentatives de censure, parfois réussies, contre le rap, le cas de Médine est inédit : aucune protestation contre un rappeur n’avait auparavant fédéré autant de courants politiques différents.

  • Les guerres du Mali échappent aux forces armées

    Par
    Un casque bleu à Ménaka. © Minusma Un casque bleu à Ménaka. © Minusma

    À quelques semaines de l’élection présidentielle, l’échec de la militarisation du pays est patent. L’incapacité de l’État à exercer sa souveraineté, notamment dans les régions de Ménaka et de Mopti, à la frontière du Niger, laisse en germe des guerres civiles locales, et fait craindre les scénarios du pire. 

  • «L’Etat islamique a semé le chaos»

    Par

    Moussa Ag Acharatoumane, leader du Mouvement pour le salut de l’Azawad, se défend des accusations portées contre son organisation dans la responsabilité des massacres commis au centre du Mali. 

  • Le recours à la prostitution mine les missions d’observation électorales

    Par

    Marion, observatrice pour l’Union européenne des élections de 2006 en République démocratique du Congo, témoigne de pratiques sexuelles prédatrices répandues parmi les observateurs internationaux. Ces derniers travaillent souvent en free lance, enchaînent les missions sur tous les continents. Et le scandale perdure, malgré le renforcement de la vigilance de l’UE ou de l’OSCE.

  • L’armée française et la Minusma visées à Tombouctou

    Par

    Un casque bleu burkinabè a été tué samedi, sept autres blessés ainsi que sept soldats français et deux civils maliens dans une attaque « complexe » à la voiture piégée.

  • L’armée du Mali, en progrès mais peut mieux faire

    Par
    Un soldat des Forces armées maliennes près de Tin Hama, dans la région de Gao, le 20 octobre 2017. © Reuters Un soldat des Forces armées maliennes près de Tin Hama, dans la région de Gao, le 20 octobre 2017. © Reuters

    Dans un entrelacs de combats dont nul ne trouve l’issue, les Forces armées maliennes sont régulièrement frappées par les djihadistes. Et tout aussi régulièrement accusées d’exactions. Malgré le refrain national, et français, sur une « montée en puissance » qui se fait attendre.

  • Burkina Faso: un double attentat vise l’armée et l’ambassade de France

    Par

    Des attaques ont visé, vendredi 2 mars, l’ambassade de France à Ouagadougou, au Burkina Faso, ainsi que l’état-major des forces armées burkinabè. Cette opération, qualifiée de « terroriste » par les autorités du Burkina Faso, est la troisième à Ouagadougou après celles de janvier 2016 et août 2017.