Au Mali, un ancien ministre dénonce une justice à la dérive

Par

Ministre de la justice du Mali de juillet 2016 à novembre 2017, Mamadou Ismaïla Konaté, avocat de métier, relate dans un livre à paraître son passage au gouvernement. Il y décrit une justice gangrenée par la corruption et la passivité du pouvoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mamadou Ismaïla Konaté donne le ton dès le jour de son entrée en fonctions, en accompagnant les cadres du ministère de la justice à la maison d’arrêt de Bamako. Un bâtiment datant des années 1950 prévu pour 400 détenus, mais où s’entassent quelque 1 900 prisonniers. Certains y sont enfermés depuis plus de dix ans sans que personne ne se souvienne pourquoi. Le ministre souhaite que les hauts magistrats et hauts fonctionnaires présents, peu habitués aux réalités carcérales, voient dans cette visite « le meilleur stage pour apprécier les effets négatifs d’un mandat de dépôt décerné ou d’une condamnation prononcée à la légère ».