Démuni et contesté, le G5 Sahel patine

Par

Emmanuel Macron a rencontré lundi ses homologues du G5 Sahel, en marge du sommet de l’Union africaine réuni à Nouakchott (Mauritanie). Tandis que les dirigeants africains regrettent de devoir mendier les fonds promis à la force antiterroriste, les attaques se poursuivent, tout comme les critiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dakar (Sénégal), de notre correspondant.– Le thème du 31e sommet de l’Union africaine, la lutte contre la corruption, n’a pas rencontré un franc succès à Nouakchott où il a plutôt été question, lundi 2 juillet, du Sahara occidental, de l’accord pour la zone de libre-échange continentale désormais validée par 49 des 55 pays de l’UA et du soutien officiel de l’organisation à la Rwandaise Louise Mushikiwabo dans la course au poste de secrétaire générale de la Francophonie.