Au Mali, la mort probable d’un chef djihadiste ne règle rien

Par

Les armées française et malienne ont annoncé la mort probable d’Amadou Koufa, une des figures du djihad au Mali, lors d’une opération pilotée par Barkhane. Mais sa disparition ne garantit aucunement l’amélioration de la sécurité des Maliens, qui ne cesse de se dégrader depuis 2012.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’information n’a pas encore été confirmée, mais elle a déjà été présentée comme une victoire par les autorités maliennes. Dans la nuit du 22 au 23 novembre, « une trentaine de terroristes a été mise hors de combat, parmi lesquels figurent probablement le chef de la katiba Massina, Hamadoun Kouffa, et ses principaux cadres », a indiqué le chef d’état-major des armées dans un communiqué.