Climat : 200 scientifiques appellent à « un moment de vérité »

Par

Il faut reconnaître « la valeur économique et sociale des actions de réduction du CO2 », alertent ces chercheurs. Sinon, les politiques climatiques risquent de se révéler inefficaces et injustes, et seront rejetées par les sociétés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que se déroule à Bonn la dernière phase de négociation préparatoire à la COP21, le sommet sur le climat qui ouvrira au Bourget le 30 novembre, deux cents scientifiques de haut niveau appellent à « un moment de vérité pour le climat et le développement durable ». Sous ce titre chargé de solennité, ils jettent un pavé dans la mare des négociations sur le dérèglement climatique. Les politiques envisagées pour rediriger l’économie mondiale vers les activités peu émettrices en CO2 doivent aussi servir de levier pour sortir de la crise et soutenir le développement des pays pauvres. Sinon, elles risquent de se révéler inefficaces et injustes, et donc, seront rejetées par les sociétés.