Europe: pour une sortie de crise « modeste »?

Oubliez le grand big bang fédéraliste, faites une croix sur le repli souverainiste : plusieurs contributions au débat sur l'Europe, ancrées à gauche, plaident pour des solutions « modestes », sans changement de traités ni fracas. Suffisant ?

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

En réponse à la crise, faut-il plaider pour davantage d'Europe (le « bond en avant » cher aux fédéralistes) ou en revenir, pour un temps au moins, à l'échelon de l'État-nation (un « détour national », faute de mieux) ? Dans l'avalanche d'essais sur les malheurs de l'Union attendus d'ici aux élections européennes de mai, plusieurs contributions tentent de sortir de cette alternative, qui ne cesse de diviser la gauche. Leur point commun : plaider pour des solutions européennes « modestes », au nom d'un certain réalisme, sans s'interdire la rupture, à terme, avec les politiques néolibérales en cours. À les croire, il serait possible de faire pencher à gauche la machine bruxelloise – sans passer par la case du big bang institutionnel.
« "L'Europe" n'est plus un projet, un avenir, un horizon, souhaitable ou redoutable : c'est une réalité, un déjà-là, étonnamment endurant quand on a en tête l'Histoire du continent européen », lit-on dans un long texte collectif publié dans le dernier numéro de la revue Vacarme. Et les dix auteurs de proposer de « politiser les politiques européennes », « traiter l'UE comme un des plans de l'action et du jugement politiques, ni plus ni moins », produire des clivages, identifier des alliés et des ennemis, y investir des ressources et de l'énergie. « Y faire en somme, ici aussi, pas forcément plus mais pas moins qu'ailleurs, de la politique, tout simplement » (lire l'intégralité du texte ici).  
La revue affirme haut et fort sa détestation des politiques d'austérité et d'immigration menées par l'UE, ou encore des négociations pour un traité de libre-échange avec les États-Unis. Mais « ce n'est pas parce qu'elles démontrent la défaillance du projet européen, mais en elles-mêmes, que les politiques européennes pourries sont des politiques pourries, et qu'il faut les vomir ». En clair, il est possible de soutenir ou rejeter des politiques européennes, sans à chaque fois remettre en jeu l'intégralité de la construction européenne.
Quoi qu'en pensent bon nombre d'eurosceptiques, il y aurait donc des batailles de gauche à mener, et à remporter, à Bruxelles, et l'UE ne serait pas « génétiquement » odieuse, par la seule force de ses traités. Le principal problème de l'Union, aujourd'hui, ne résiderait pas dans ses textes de loi, mais bien dans les rapports de force politiques qui la structurent – massivement à droite. En résumé : « Arrêter d'être pour ou contre l'Europe, mais lutter contre les politiques européennes de droite. » Si le parlement européen a attendu trois années pour enfin lancer une enquête sur l'action de la Troïka (BCE, commission, FMI) dans les pays sous assistance, ou s'il est couché si vite (en trois mois, c'était plié) dans la bataille sur le budget d'austérité de l'UE, ce serait avant tout parce que le parlement est le bastion d'élus conservateurs.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Violences sexuelles
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Parlement — Analyse
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Moyen-Orient — Enquête
par Céline Martelet
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim
Politique — Analyse
Le nouvel ordre électoral : trois pôles et des incertitudes
Le second tour des législatives a confirmé la radicale nouveauté du paysage politique français depuis 2017. La majorité relative dont Emmanuel Macron doit se contenter génère cependant une situation pleine d’inconnues.
par Fabien Escalona
Exécutif — Analyse
Sans solution, Emmanuel Macron met la pression sur les oppositions
Trois jours après avoir perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, le président de la République a tenté de minimiser son échec. Martelant que son programme devait être appliqué, il a enjoint à ses opposants de se prononcer sur leur volonté ou non de l’aider à le faire.
par Ilyes Ramdani
Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni

Nos émissions