Au Tchad, les paradoxes de camps de réfugiés difficiles à quitter

Par
Conséquence de la guerre qui oppose le Tchad etle Soudan depuis sept ans, 260.000 réfugiés du Darfour et 160.000déplacés tchadiens vivent dans des camps près de la frontière. Leretour dans leurs villages n'est pas à l'ordre du jour. Sous perfusionhumanitaire, ils vivent parfois mieux que lespopulations locales, ce qui attise les rivalités.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial au Tchad