Venezuela: comment le chaviste Maduro a patiemment bâti le «madurisme»

Par

La campagne présidentielle a officiellement démarré dimanche au Venezuela. La crise économique met à genoux les Vénézuéliens, d’importantes manifestations ont secoué le pays l’an passé mais malgré son impopularité, Nicolas Maduro peut remporter le scrutin. Le président, au pouvoir depuis 2013, possède une capacité certaine à la résilience, et à la répression de toute contestation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Du 22 avril au 20 mai, nous écrirons la nouvelle histoire et le 20 mai nous aurons la grande victoire qui surprendra le monde. » Voilà ce qu’a déclaré, sûr de lui, le président Nicolas Maduro lors d’un direct sur Facebook mercredi. Malgré son impopularité, il pourrait en effet remporter l’élection présidentielle dont la campagne débute officiellement ce dimanche 22 avril. Les Vénézuéliens désigneront aussi les conseils législatifs des États qui composent le Venezuela et les conseils municipaux. Nicolas Maduro arrive à se sortir des situations les plus périlleuses et les plus rocambolesques. L’organisation même de cette élection le prouve.