En Tunisie, l’impunité des violences policières inquiète

Par

La mort d’un trentenaire le 8 juin dans le quartier de Sidi Hassine, à l’ouest de Tunis, dans des circonstances suspectes, lors de son arrestation, et le passage à tabac d’un jeune de 15 ans par des policiers, qui l’ont aussi dénudé en pleine rue, ont suscité l’indignation de la société civile.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tunis (Tunisie).– À Sidi Hassine, à l’ouest de Tunis, entre les tags en faveur de l’Espérance et du Club africain, les deux clubs de football rivaux de la capitale, on peut lire sur certains murs le slogan antipolice mondialement célèbre « ACAB » (« all cops are bastards »). Dans ce quartier de 200 000 habitants, jeunes et forces de l’ordre s’affrontent régulièrement depuis le 8 juin et la mort suspecte d’Ahmed Ben Amara, 32 ans, juste après avoir été interpellé brutalement par la police.