Pegasus : en Israël, le gouvernement fait l’innocent

Par

Les ondes de choc ressenties en France ou en Inde après les révélations de l’enquête internationale sur le logiciel espion développé par la compagnie israélienne NSO ne dominent pas l’espace médiatique israélien. Les politiques assument même de n’avoir « rien à dire ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tel-Aviv (Israël).– Une heure à peine avant l’annonce de la tenue d’une réunion « exceptionnelle » d’un conseil de défense jeudi par le président Emmanuel Macron, pour discuter de l’affaire Pegasus, le patron du groupe de cybersurveillance NSO s’est exprimé à la radio de l’armée israélienne (Galei Tsahal).