Manifestations interdites de soutien à la Palestine : Alain Pojolat (NPA) relaxé

Par

Le militant était seul à être jugé pour avoir organisé les manifestations de Barbès et de la place de la République, à Paris, en juillet dernier. Devant la faiblesse du dossier, la juge a prononcé la relaxe, tandis que ses soutiens dénonçaient une criminalisation du mouvement social et du soutien à la cause palestinienne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est au milieu d'affaires de harcèlement entre ex-conjoints et d'agressions physiques qu'Alain Pojolat a comparu, ce mercredi, devant la 24e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris. Le militant du NPA se voyait reprocher d'avoir organisé et appelé à une manifestation, malgré son interdiction par la préfecture de police de Paris, lors des deux rassemblements en soutien au peuple palestinien, à Barbès puis sur la place de la République, les 19 et 26 juillet derniers (lire nos articles ici et ici et, dans le Club, l'appel de soutien : "La solidarité est un droit, pas un délit").