Heure par heure, l'intervention en Libye

Par
Les événements de ce mercredi. Paris et Washington ont annoncé être parvenus à un accord sur le rôle de l'Otan, sans pour autant le présenter de la même façon. Tandis que la coalition maintenait ses bombardements sur la Libye dans la nuit de mardi à mercredi, Kadhafi affirme que son pays est «prêt pour la bataille, qu'elle soit longue ou courte».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

LIBYE La coalition poursuivait ce mercredi ses frappes aériennes contre les forces kadhafistes qui continuent d'attaquer les villes d'Ajdabiya, Misrata, Zentane et Zawiya. Depuis Le Caire, où il entamait aujourd'hui des discussions sur la Libye et sur la transition politique en Égypte, le secrétaire à la Défense américain, Robert Gates, a indiqué qu'il n'y avait pas«de calendrier»pour la fin des opérations de la coalition internationale. De son côté, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a précisé la position de la France vis-à-vis de l'engagement de l'Otan en Libye en déclarant que le Conseil de l'Atlantique Nord n'exercera pas «le pilotage politique»de la coalition internationale, mais interviendra comme «outil de planification et de conduite opérationnelle»dans la mise en œuvre d'une zone d'exclusion aérienne. Il a également indiqué que le groupe de contact sur la Libye tiendra sa première réunion mardi, à Londres.