Rashid Khalidi: «Les frontières du Moyen-Orient sont brûlantes»

Par

Au-delà des « frontières artificielles » du Moyen Orient, voulues par les puissances impériales, Daech pourrait-il réussir là où le panarabisme a échoué ? Entretien avec Rashid Khalidi, successeur d’Edward Saïd.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cent ans tout juste après les accords secrets Sykes-Picot, au moyen desquels les puissances impériales ont redessiné la carte du Moyen-Orient sur les décombres de l’Empire ottoman, la question des frontières a rarement été aussi brûlante dans la région.